La tour de Babel : ce que l’archéologie révèle du mythe

Notre imaginaire s’est nourri du récit de la genèse, qui popularisa cette construction aussi démesurée que l’orgueil des hommes qui l’édifièrent. et si cette tour ne relevait pas que du mythe .

Et si cette tour ne relevait pas que du mythe ? L’opiniâtreté des archéologues en quête ...

Au cœur de la ville de Babylone, entre le début du 6e et le début du 5e siècle av. J.-C., se dressa dans toute sa majesté l’un des monuments les plus célèbres de l’Antiquité : la tour à étages, ou ziggourat, dédiée au dieu principal de la ville, Bêl-Marduk, et acco­lée au temple où résidait sa statue de culte, l’Esagil.

La ziggourat elle-même portait un nom distinct en langue sumérienne : Etemenanki, c’est-à-dire le « temple fondement du ciel et de la terre ». Elle illustrait la force symbolique de sa situation, au milieu de la ville qui était elle-même centre de l’univers, comme un pivot reliant la terre et ses tréfonds au ciel, résidence des dieux du panthéon mésopotamien. La date de l’édification initiale de l’Etemenanki reste matière à conjectures. Il faut attendre en fait une date assez tardive, à la fin du 2e millénaire, pour en trouver une mention écrite.

On situe vers le 12e siècle av. J.-C. la mise en forme d’une liste lexicale en écriture cunéiforme, appelée Tintir (l’un des noms sumériens de Babylone), qui enregistre les éléments marquants de la topo­graphie de la ville et cite, dans sa quatrième tablette, la ziggourat en seconde position, juste après l’Esagil. Et ce n’est que dans une inscription du roi assy­rien Sennachérib (704-681) que l’on voit l’Etemenanki cité dans un contexte historique précis, celui de la destruction que le roi ordonne des monuments de Babylone en 689 av. J.-C., pour la punir de s’être rebellée contre lui.

UN MILLE-FEUILLE ARCHITECTURAL 

Selon les résultats des fouilles archéologiques alle­mandes menées au début du 20e siècle à Baby­lone, l’Etemenanki a compté trois strates successives de construction : une première structure, sur une base carrée de 65 mètres de côté, recouverte par une deuxième, établie sur un carré de 73 mètres de côté, qui fut porté à 91 mètres pour la troisième. Les spécialistes discutent encore sur l’attribution de ces différents niveaux de construction, un consensus se dégageant pour faire de la dernière structure l’œuvre des rois assyriens Assarhaddon (680-669) et Assurbanipal (668-630), achevée par les rois babyloniens Nabopolassar (626-605) et Nabuchodonosor II (604-562). C’est donc le deuxième état qui aurait été détruit en 689 av. J.-C. par Sennachérib, avant de faire l’objet d’une magnifique restauration.

La question de la hauteur et de l’organisation architecturale de la ziggourat fait encore débat, puisque rien n’a été retrouvé à Babylone de l’Etemenanki, si ce n’est sa plate-forme de fondation, établie effectivement sur une base d’à peu près 90 mètres de ­côté. Il existe deux thèses. La première s’appuie sur les données métrologiques fournies par une tablette cunéiforme, appelée « tablette de ­l’Esagil ». Rédi­gée en 229 av. J.-C., elle donne les dimensions de plusieurs bâtiments du sanctuaire de Marduk à Babylone, dont l’Etemenanki : la base de la ziggourat s’inscrit dans un carré de 90 mètres de côté et compte 6 étages, couronnés par un temple haut appelé ­šahuru.

Le premier étage est haut de 33 mètres, le ­deuxième, de 18 mètres, et chaque étage suivant s’élève à 6 mètres. Le šahuru mesure quant à lui 15 mètres de haut. La hauteur de l’ensemble s’établit donc à 90 mètres, et la tour à étages se présente comme une pyramide parfaite, s’inscrivant dans un cube aux arêtes de 90 mètres.

Au cœur de la ville de Babylone, entre le début du 6e et le début du ...

L’iconographie d’une stèle de pierre provenant vraisemblablement de Babylone conforte ces données : elle repré­sente une ziggourat de 6 étages avec un temple au sommet. La seconde thèse reprend certains éléments de la tablette de l’Esagil, mais elle prend en compte les contraintes matérielles ­qu’entraîne une construction faite, pour l’essentiel, de briques d’argile séchées au soleil, dont les différents lits sont renforcés par des nattes de roseaux et par du bitume. Seul le pare­ment extérieur de l’Etemenanki semble avoir été fait de briques cuites, certaines vernissées en bleu. Il existe, de ce fait, de réelles difficultés pour édifier, avec ce type de structure architecturale, un bâtiment aussi élevé par rapport à une base de 90 mètres de côté.

La tablette de ­l’Esagil mentionnerait donc des éléments réels et d’autres relevant d’une numération ésotérique ; la véri­table hauteur de la tour aurait été, pour des raisons de stabilité, dans une proportion de deux tiers par rapport au côté du carré de base, c’est-à-dire environ 60 mètres.

La fonction de l’Etemenanki, comme celle de toutes les ziggourats de Mésopotamie, était de fournir, par son sanctuaire sommital, un complément au temple du bas, l’Esagil, où résidait le dieu Marduk. Les indications de la tablette de l’Esagil sont, de ce point de vue, très précises : le temple du sommet comprenait une entrée et une cage d’escalier menant probablement à une terrasse, une cour centrale de 65 mètres carrés et 7 pièces qui servaient de chapelle aux divinités : celle du dieu Marduk, probablement partagée avec Zarpanitu (ou Beltiya), son épouse divine, était la plus grande, avec 48 mètres carrés.

Le dieu disposait aussi d’une chambre à coucher de 37,5 mètres carrés, pourvue d’un lit majestueux de 4,5 mètres de long sur 2 mètres de large. Son père, le dieu Ea, occupait une chapelle à laquelle était associée une autre pièce pour son vizir, le dieu Nusku. Les anciens chefs du panthéon suméro-akkadien, les dieux Anu et Enlil, auxquels Marduk avait succédé comme roi des dieux, avaient droit à une chapelle commune, tandis que le fils de Marduk, le dieu Nabu, et son épouse, la déesse Tašmetu, occupaient chacun une chapelle de 18 mètres carrés. C’est donc l’élite du panthéon mésopotamien, depuis le 3e millénaire sumérien jusqu’à l’état du 1er millénaire, qui était logée au sommet de la ziggourat et qui y recevait un culte lié aux aspects célestes de ces divinités.

Les rituels qui s’y déroulaient n’ont pas été conservés, mais devaient certainement inclure des invocations aux étoiles, dans lesquelles s’incarnaient ces dieux. Ainsi, la fonction de la ziggourat et de son temple était avant tout religieuse, et ces deux édifices constituaient un espace sacré accessible seulement aux erib biti, les prêtres consacrés du temple. Les activités astronomiques et astrologiques, auxquelles se livraient les lettrés et les savants de Babylone, ne se déroulaient donc pas au sommet de l’Etemenanki, même si le sanctuaire de Marduk patronnait leurs activités et en conservait les écrits dans sa bibliothèque.

VICTIME D'UNE LENTE DÉCHÉANCE 

Quelle que soit sa hauteur, la ziggourat de ­Babylone était sans doute le monument le plus spectaculaire de la ville, visible à des dizaines de kilomètres de distance dans la vaste plaine de Mésopotamie centrale. Elle témoignait de la présence de Marduk dans sa cité et de la protection qu’il étendait sur elle. Elle indiquait aussi l’endroit symbolique où se trouvait le centre de l’univers, selon la vision mésopotamienne du monde. Il n’est donc pas étonnant que les gens du pays de Juda, qui furent déportés en Babylonie à partir, surtout, de 587 av. J.-C., aient été impressionnés par cet édifice d’un style totalement inconnu à Jérusalem.

La Bible, qui connut à ce moment sa première véritable mise en forme, intégra donc la « tour de Babel » dans le récit de la Genèse, à la suite de l’épisode du Déluge. Elle en fit une marque de l’impossibilité pour l’humanité d’atteindre les cieux, malgré ses efforts pour bâtir un monument d’une élévation inédite. Et la situation contemporaine de Babylone, capitale cosmopolite d’un empire qui couvrait alors tout le Proche-Orient, illustrait bien la diversité des langues qui fut la conséquence de l’échec de l’entreprise.

Au-delà de ce mythe de la tour de Babel, la ziggourat de Babylone connut des vicissitudes que n’avait pas prévues Nabuchodonosor II lorsqu’il en paracheva le dernier état. La conquête de l’empire de Babylone par les Perses en 539 av. J.-C. entraîna l’abandon progressif des bâti­ments religieux. La fragilité des constructions en briques crues fit que la tour se dégrada très vite. Les révoltes de Babylone contre le roi perse Xerxès en 484 av. J.-C. accélérèrent le désintérêt pour les monuments de la métropole méso­potamienne.

Lorsqu’Alexandre le Grand pénétra dans Babylone en octobre 331, l’Esagil et l’Etemenanki étaient en triste état, et le Conquérant décida de les restaurer. Mais son absence puis sa mort en 323 av. J.-C firent que les travaux n’avancèrent que très lentement. En fait, après l’enlèvement des déblais qui s’accumulaient sur la ziggourat, la restauration prévue ne fut jamais achevée. Le monument fut peu à peu désacralisé pour deve­nir, au fil des siècles, une carrière de briques ; celles-ci servirent à bâtir les maisons des villages qui s’implantèrent à l’emplacement de Babylone, quand la ville disparut dans les premiers siècles de l’ère chrétienne ; d’autres furent utilisées pour enrichir la terre des champs avoisinants.

Au bout du processus, il ne demeura plus que l’empreinte de l’Etemenanki, un carré marécageux de 90 mètres de côté, pourtant encore bien visi­ble sur les photos satellite. 

Cet article a initialement paru dans le magazine Histoire et Civilisations.  S'abonner au magazine

  • Peuple et culture

Orient cunéiforme

Les objets épigraphiques découverts sur les sites du Proche-Orient témoignent de la vie quotidienne, de l'univers symbolique et des modes de pensées des différentes cultures qui s'y sont succédé.

  • archeologie.culture.fr
  • patrimoineprocheorient.fr - (new window)

Diffuser la connaissance sur les sites menacés et attaqués du Proche-Orient pour permettre la poursuite des recherches et donner à voir ce que furent ces civilisations et ces sites universels.

tour de babel existe t elle

Le mythe de la tour de Babel

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

La tour de Babel est l’un des monuments mythiques les plus connus. D’où provient ce mythe ?

Dans la Bible

« Tout le monde se servait d’une même langue et des mêmes mots. Comme les hommes se déplaçaient à l’Orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Shinéar (Babylonie) et ils s’y établirent. Ils se dirent l’un à l’autre : ‘Allons ! Faisons des briques et cuisons-les au feu !’ La brique leur servit de pierre et le bitume leur servit de mortier. Ils dirent : ‘Allons ! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet pénètre les cieux ! Faisons-nous un nom et ne soyons pas dispersés sur toute la terre ! » Genèse 11, 1-5.

Plusieurs éléments du récit biblique sont tirés de l’histoire de la Mésopotamie. La tour de Babel, par exemple, a probablement été inspirée par grande ziggurat de Babylone. Nabuchodonosor II l’avait fait construire en l’honneur du dieu Marduk :

« Je m’appliquai à élever l’Etemenanki, la ziggurat de Babylone, pour faire rivaliser son sommet avec le ciel. Les peuples nombreux, que Marduk m’a confiés, (...) j’offris comme hommes de corvée à Marduk, pour construire l’Etemenanki et je leur fis porter des briques (…) J’érigeai sa base sur une hauteur de 30 coudées. Un temple haut, une chapelle sainte, j’érigeai pour Marduk, mon seigneur, au dernier étage, avec art ».

La tour était perçue comme le moyen de relier le ciel, le monde divin, symbolisé par le temple sommital, avec la terre et le monde souterrain dans lequel est ancrée la base de la ziggurat. La ville de Babylone était plurilingue au moment de la construction de la tour, on y parlait l’ akkadien , écrit en cunéiforme , mais aussi l’ araméen écrit en alphabet sur parchemin. La ville elle-même abritait des populations très diverses, avec notamment des groupes de déportés provenant des villes conquises par les rois.

La légende noire de Babylone

La légende noire de Babylone, ville orgueilleuse et viciée, provient de différentes sources.

Le récit biblique est marqué par l’expérience de l’exil forcé, à Babylone, de la population de Juda par Nabuchodonosor II , après les sièges de Jérusalem de 597 et 587 av . J.-C. Les auteurs grecs et romains véhiculent aussi une image déformée de l’Orient qui était leur ennemi au temps des guerres médiques (guerres d’Athènes contre la Perse).

Au Moyen Âge, cette image noire s’est transmise et il faut attendre les premières fouilles archéologiques et le déchiffrement du cunéiforme pour que la Mésopotamie soit perçue non plus comme l’antithèse de la civilisation mais comme l’un de ses berceaux.

Dans la peinture

Avant la découverte de la tablette de l’Esagil, de très nombreuses peintures, enluminures et gravures représentent la tour de Babel en se fondant sur le récit Biblique. Rare sont les artistes qui imaginent alors une tour à base carrée.

En savoir sur Babylone

Consultez le titre consacré à  Babylone  dans la série  Patrimoine du Proche-Orient  :  archeologie.culture.gouv.fr/babylone

Médias associés

tour de babel existe t elle

Tour de Babel : histoire, analyse et signification

Patrick Gray

Table des matières

L'histoire de la Tour de Babel apparaît dans la Bible, dans l'Ancien Testament - plus précisément dans le livre de la Genèse (chapitre 11) - pour expliquer l'origine des langues les plus différentes du monde.

Pour tenter d'atteindre le ciel, les hommes se sont organisés et ont commencé à construire une énorme tour. Lorsqu'il a découvert ce qui se passait, Dieu, pour les punir, leur a fait parler des langues différentes afin qu'ils ne se comprennent plus jamais.

tour de babel existe t elle

Le cadre La tour de Babel peinte par Pieter Bruegel l'Ancien en 1563

Histoire de la Tour de Babel

Le mythe de la construction d'une tour monumentale se déroule après le grand déluge, à une époque où tous les hommes - les descendants de Noé - parlaient la même langue.

Et c'était toute la terre qui avait une seule langue et les mêmes mots.

Déterminés à construire une ville dotée d'une immense tour, les hommes se sont réunis pour ériger un bâtiment si haut qu'il pouvait atteindre le ciel.

Cette attitude a été lue comme un défi lancé à Dieu, qui est descendu sur terre et a puni les hommes impliqués dans la construction en leur faisant parler des langues différentes.

Le mythe s'attache à expliquer pourquoi, à ce jour, nous avons autant de langues distinctes sur terre.

Analyse du mythe de la tour de Babel

L'histoire de la tour de Babel suscite un éternel doute : s'agit-il d'une parabole ou d'un événement qui s'est réellement produit, alors qu'il n'existe aucune preuve scientifique de l'existence de la tour ?

En dépit de ces préoccupations, le mythe fondateur est resté, au fil des siècles, un récit important sur l'histoire de l'Europe. origine de la profusion des langues .

A propos de la construction de la tour

Dans la Genèse, dans la Bible, les écrits donnent des détails sur cette somptueuse construction réalisée il y a tant de siècles et avec si peu de moyens. Le texte dit ceci :

Venez, faisons des briques, et faisons-les cuire au feu. La brique leur servit de pierre, et l'argile leur servit de mortier.

Nous ne savons pas quelle était la hauteur de la tour, quelle était sa profondeur, où elle se trouvait exactement - nous savons seulement qu'elle a été construite dans la région de Babylone.

Nous savons que les hommes se sont organisés pour poursuivre les travaux et que les plans allaient bon train, la tour étant érigée à toute vitesse jusqu'à l'intervention divine.

tour de babel existe t elle

Conseil d'administration La tour de Babel peint par Hans Bol (1534-1593)

Qu'est-ce qui a motivé les hommes à construire la tour ?

Les hommes qui ont voulu ériger cette tour ont été associés aux sentiments de la population. vanité , de ambition , de superbe et pouvoir C'est ce qui ressort de la lecture du passage biblique :

Ils dirent : Venez, bâtissons-nous une ville et une tour, et que son sommet atteigne le ciel ; nous nous ferons un nom, de peur que nous ne soyons dispersés sur la face de toute la terre.

Poussé par un attitude arrogante Les hommes impliqués dans les travaux pensaient qu'en maîtrisant les techniques de construction, ils pourraient ériger une tour dont les sommets toucheraient le ciel.

De nombreux religieux nous disent que le mythe de la Tour de Babel enseigne que la technique et la science doivent être utilisées pour faire le bien et non comme un outil de compétition ou de vanité.

La réaction de Dieu

Après avoir entendu parler, par les anges, de la construction du somptueux édifice, Dieu décide de descendre sur terre pour observer les travaux de ses propres yeux.

tour de babel existe t elle

Écran Tour de Babel peint par Lucas van Valckenborch en 1594

Le fait qu'il n'ait pas cru ce que les hommes disaient et qu'il soit venu personnellement dans notre avion pour se rendre compte par lui-même nous enseigne qu'il ne faut pas condamner quelqu'un sans d'abord s'assurer que les accusations sont vraies.

Furieux, Dieu a lu la le geste des hommes comme un affront Le Tout-Puissant décida alors, en guise de punition, d'attribuer aux hommes - avec l'aide des anges - des langues différentes.

L'Éternel descendit pour voir la ville et la tour que les enfants des hommes avaient bâties ; et l'Éternel dit : "Voici un seul peuple, et une seule langue pour tous ; c'est là ce qui les a fait commencer à agir, et maintenant tout ce qu'ils ont l'intention de faire ne leur sera pas enlevé ; venez, descendons, et confondons là leur langue, afin qu'ils ne comprennent pas chacun la langue de son compagnon."

Le mythe de la Tour de Babel est corroboré par le fait qu'il existe de nombreuses langues complètement différentes, mais qui utilisent des mots étymologiquement similaires pour désigner les mêmes choses. Cette évidence est interprétée par beaucoup comme la preuve qu'à l'origine il y avait une seule langue parlée par tous les hommes.

Le fait qu'ils ne parlaient pas la même langue - "l'Eternel a confondu le langage de toute la terre" - a fait que les hommes ne se sont pas compris. Alors que l'un demandait des briques, par exemple, l'autre lui remettait de l'argile, et c'est ainsi que la construction n'a pas avancé à cause de malentendus et de confusions successifs.

Au-delà de la confusion des langues

Rappelons que le projet initial de Dieu, selon la Bible, était de répartir les hommes sur la terre. Les hommes qui ont construit la tour l'ont aussi défié en ce sens : leur volonté de construire la ville était de centraliser tout le monde dans une même région.

Cette volonté allant à l'encontre des plans de Dieu, ils ont été punis et, en plus d'être dotés de langues différentes, ils ont été séparés.

Non content de confondre les hommes en faisant parler à chacun une langue différente, Dieu a aussi répandre les hommes sur la surface de la terre empêchant la construction de la ville idéale.

L'Éternel les dispersa de là sur la face de toute la terre, et ils cessèrent de bâtir la ville.

Certains religieux affirment que la tour de Babel s'est effondrée, bien qu'il n'y ait aucune preuve dans le récit biblique du destin de l'édifice.

tour de babel existe t elle

Écran La tour de Babel peint par Marten van Valckenborch (1535-1612)

Que signifie Babel ?

Babel est un mot divisé en deux parties (Bab-El) et signifie en langue babylonienne "Porte de Dieu".

Découvrez également

Patrick Gray

Patrick Gray

L'introuvable tour de Babel   Contenu réservé aux abonnés

La ziggourat de Babylone peut-elle étre la fameuse tour ? Rien ne permet d'accréditer cette thèse.

Réservé à nos abonnés

Babel, en hébreu, signifie " méler, confondre " - la tour de Babel est celle qui méle les langages. Où se situait cette tour, si elle a existé ? Certains pensent que la tour de Babel et la ziggourat de Babylone ne font qu'une. C'est vers la fin du troisième millénaire avant notre ère, alors qu'une vague d'envahisseurs sémites venus du sud occupe une grande partie de la Mésopotamie l'actuel Irak et fonde un vaste empire, que Babylone sort de l'anonymat. Les rois en font vite une capitale influente. Son souverain le plus célèbre, Nabuchodonosor II, vainqueur d'une coalition des Egyptiens, des Phéniciens et des Juifs, s'empare de Jérusalem dont les habitants sont déportés en captivité à  Babylone en 587 av. J.-C. Il fait de sa capitale " la reine de l'Asie ". Dominée par une immense ziggourat dédiée au dieu babylonien Mardouk, la cité est entourée d'une enceinte fortifiée de 50 km de périmètre et percée de cent portes. Elle est surtout agrémentée par les célèbres jardins suspendus, une des Sept Merveilles du monde.

L'historien grec Hérodote donne dans ses Récits une description détaillée de la ziggourat : " Au milieu [de la ville] se dresse une tour massive, longue et large d'un stade, surmontée d'une autre tour qui en supporte une troisième, et ainsi de suite jusqu'à  huit tours. Une rampe extérieure monte en spirale jusqu'à  la dernière tour ; à  mi-hauteur environ il y a un palier et des sièges, pour qu'on puisse s'asseoir et se reposer au cours de l'ascension. La dernière tour contient une grande chapelle, et dans la chapelle on voit un lit richement dressé, et près de lui une table d'or. Mais il n'y a point de statue, et nul mortel n'y passe la nuit, sauf une seule personne, une femme du pays, celle que le dieu a choisie entre toutes, disent les Chaldéens qui sont les prétres de cette divinité. Ils disent encore mais je n'en crois rien que le dieu vient en personne dans son temple et se repose sur ce lit comme cela se passe à  Thèbes en Egypte, à  en croire les Egyptiens. "

Ce contenu est réservé à nos abonnés Historia

Abonnez-vous pour poursuivre votre lecture et profiter de tous les autres avantages

Tous les articles du site Historia en illimité

Le magazine Historia à chaque parution

Toutes les nouveautés de la marque en avant-première

Moyen-Orient

EN_HIA_926_Mossad.jpg

Un agent du Mossad raconte comment il a identifié Eichmann avant sa capture

HIA_926_Histoire_TV.png

Eric Pincas : «Très vite, Le Mossad se crée une réputation assez redoutable»

Le mossad décodé.

Parlez une langue comme vous en avez toujours rêvé

  • Infos pratiques
  • Le monde de Babbel

ARTICLES SUR…

  • L'anglais
  • L'espagnol
  • L'allemand
  • L'italien

Origine des langues : Tour de Babel et autres mythes

Comment les légendes expliquent-elles l'origine des langues ? Quels liens unissent mythologie et linguistique ? De la Tour de Babel aux contes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique, découvrons comment les civilisations ont tenté d’expliquer la naissance des langues !

Quelle est l’origine des langues ? La mythologie a toujours cherché à lever le voile sur les zones d’ombre. Lorsque la science ne parvient pas à expliquer quelque chose, les êtres humains s’en remettent aux mythes . C’est le cas avec les langues. Pourquoi change-t-on de mots pour nommer les choses dès que l’on change de frontière ? Les linguistes qui tentent de comprendre ce phénomène se heurtent souvent à un mur. Pour éclairer la barrière de la langue, les lumières des légendes du monde sont parfois fascinantes. De la Bible aux légendes de Chine en passant par l’Empire Aztèque et l’Australie, voici un tour du monde en 80 mythes – ou presque – sur l’origine des langues.

Genèse des langues : l’épisode biblique de la Tour de Babel

C’est l’un des épisodes les plus connus de la Bible. Après tout, chez Babbel, on lui doit peut-être notre nom, à un « b » près. L’histoire se trouve dans le Livre de la Genèse, premier livre de la Bible, après le Déluge. L’Arche de Noé a sauvé les espèces vivantes de la planète. L’homme, poussé par son orgueil, reprend le cours de ses activités. À cette époque lointaine, tous les hommes parlent une seule et même langue. Animés par le projet de bâtir une grande tour qui atteindra le ciel, ils sont punis par le pouvoir divin. Pour compromettre le chantier, Dieu brouille le dialogue des hommes. Les hommes ne se comprennent plus : c’est l’origine des langues. La construction de la Tour de Babel sombre dans l’oubli et les hommes se dispersent sur la planète autour de leurs communautés linguistiques. Le nom de Babel est lié à Babylone, cité antique de Mésopotamie, dont on retrouve aujourd’hui le nom dans la province irakienne de… Babel (ou Bâbil) .

Légendes africaines sur l’origine des langues

L’Afrique est un continent extrêmement riche sur le plan linguistique . Il paraît donc logique que les mythes aient tenté d’expliquer l’origine des langues. Là encore, un élément perturbateur vient mettre fin à l’harmonie des hommes. Cette fois, ce n’est pas la construction d’une tour qui déchaîne les foudres du Tout-Puissant. C’est une famine dévastatrice qui attaque jusqu’à la raison des hommes, les frappant de folie. Lorsque le mal disparaît, il laisse derrière lui une séquelle terrible : la langue unique a donné naissance à plusieurs langues . Chaque village, isolé pendant cette période de crise, parle désormais sa propre langue.

D’un bout à l’autre du continent, les contes et légendes des peuples d’Afrique se font parfois écho. Ainsi, en Afrique subsaharienne, on raconte que des hommes arrogants ont voulu construire une tour pour rejoindre leur créateur, Nyambe . Mais la construction s’effondre, des hommes y laissent leur vie et c’est le début du chaos qui les divise. L’anthropologue James George Frazer est l’un des premiers chercheurs Occidentaux à s’intéresser à la mythologie africaine de l’origine des langues.

Mythologie chinoise : et du feu naissent les langues

Dans la mythologie chinoise, c’est Pangu, être géant né du chaos à l’origine du monde, qui explique la diversité des langues chinoises . À sa mort, son corps devient le monde dans lequel les premiers hommes vivent. Inquiet de ne pas voir leurs trois enfants doués de la parole, le couple originel implore le ciel. Pour les aider, le dieu demande au père de couper un bambou en trois. Quant à la mère, elle doit réchauffer la maison avec un feu immense. La famille se rapproche alors du foyer. Les trois morceaux de bambous sont jetés un à un dans les flammes. À chaque éclatement de la plante qui s’embrase, un des trois enfants s’exclame dans un cri différent. Chacun de ces cris donne naissance à une langue différente , celle des Lisu, des Han et des Li, trois grands groupes ethniques de Chine.

À l’origine des langues : un tour du monde des autres mythes

Après l’Afrique et l’Asie, partons pour l’Australie. Si l’anglais domine largement les échanges sur l’île d’aujourd’hui, ce ne fut pas toujours le cas. Les langues aborigènes , aujourd’hui menacées de disparition pour la plupart, étaient autrefois très vives et diversifiées. On en comptait plusieurs centaines, il y a encore quelques siècles. Il y a donc bien fallu trouver un moyen d’élucider le mystère de cette richesse. Sur l’île Croker au large de l’Australie, le peuple Iwaidja fait appel à une symbologie très moderne. De nos jours, leur langue ne compterait plus qu’une centaine de locuteurs. Dans cette culture qui vénère la fertilité, on reconnaît déjà la place centrale de la femme dans le cycle de la vie. La première femme, Warramurunguji , enfante plusieurs descendants. À chacun, elle attribue alors un territoire et une langue.

Toujours en Australie, dans la baie de la Rencontre ( Encounter Bay ), qui semble bien porter son nom, c’est encore une femme qui est à l’origine du plurilinguisme. Il s’agit de Wurruri , une vieille femme méchante dotée de pouvoirs et qui s’en servait pour priver les hommes de leurs feux la nuit. Lorsqu’elle meurt, les hommes torturés par sa magie noire sont tellement heureux qu’ils se partagent son corps… pour le manger ! Mais Wurruri, même morte, n’a pas dit son dernier mot. Les hommes qui ont participé à ce festin sont victimes d’un étrange empoisonnement. Leur langue se retrouvent contaminée, ils ne peuvent plus se comprendre entre eux.

À l’autre bout de la planète, chez les Aztèques , on semble retrouver les fondements de la Tour de Babel . Comme dans la Bible, un déluge frappe sur terre. Seul un couple survit :  Xochiquetzal, déesse de l’amour et de la beauté, et son époux Coxcox. Échoués au sommet d’une montagne, à Culhuacan, ils y fondent une famille nombreuses. Mais la malédiction semble s’acharner, car tous restent muets. Désespérés, les parents prient le Grand Esprit qui fait descendre une colombe sur terre. Grâce à elle, chaque enfant a pprend à parler une langue différente . Ils s’éparpillent ensuite aux quatre coins du monde, pour y bâtir les différentes civilisations. D’après les récits du missionnaire Fray Pedro de los Ríos au XVIe siècle, on retrouve d’autres mythes fondateurs qui se rapprochent de la Tour de Babel en Amérique centrale. C’est le cas de la construction de la Grande Pyramide de Cholula au Mexique, dont le nom en nahuatl ( Tlachihualtepetl ) signifie « montagne artificielle ». Voulue par sept géants ayant survécu au déluge, la gigantesque pyramide est brûlée par les dieux furieux. La figure de ces géants peut être rapprochée aussi de celle des Titans dans la mythologie grecque. C’est un autre missionnaire, Diego Durán, contemporain de Pedro de los Ríos, qui rapporte cette tradition.

Quel que soit le mythe, on retrouve souvent la même idée d’unité originelle bouleversée par une catastrophe irréversible. Heureusement, de la Tour de Babel à l’application Babbel, le monde a bien changé et l’apprentissage des langues est aujourd’hui accessible à tous  !

La véritable tour de Babel

La véritable tour de Babel

  • 47 min 53 s
  • indisponible
  • tous publics

Au-delà de sa valeur symbolique, le récit biblique de la tour de Babel a-t-il un fondement historique ? Une équipe d'archéologues mène l'enquête depuis plusieurs années sur le site de Babylone, en Irak actuel. Ils auraient localisé les fondations d'une tour de briques cuites datant d'environ 2500 ans, et correspondant au règne de Nabuchodonosor II. Les plans de cette immense structure rappellent ceux des ziggourats de Mésopotamie. Par ses dimensions inégalées à l'époque de sa construction, elle aurait dominé la plaine. Le déchiffrage d'une tablette cunéiforme et d'un stèle gravée pourrait permettre d'avancer de sérieuses hypothèses.

Réalisé par : Andra Heritage

  • Enseignement

Contenu proposé par

tour de babel existe t elle

Il n’y a pas de Lumniz à gagner car tu as déjà consommé cet élément. Ne t'inquiète pas, il y a plein d'autres contenus intéressants à explorer et toujours plus de Lumniz à gagner.

La tour de Babel

Pourquoi existe-t-il plusieurs langues ? Entre mythe et réalité, la Tour de Babel donne quelques éléments de réponse un peu fantastiques, mais cette histoire, se cache peut-être une autre tour, qui elle est bien réelle.

Le mythe de la tour de Babel

Une tour pour monter au ciel, traverser les nuages et atteindre le divin.  Ce projet délirant  des bâtisseurs aux temps lointains, après le déluge est freiné par une intervention divine. Chacun se met à parler une autre langue, et le manque de communication met fin à ces envies mégalomanes de rivaliser avec Dieu. S’en suit un abandon du chantier, chacun allant dans une direction différente. 

La grande Ziggourat de Babylone

L'histoire de la tour de Babel, fait écho à un projet pharaonique au cœur de Babylone qui a existé en 600 ans Av. J-C. Construite par Nabuchodonosor II, cette tour rectangulaire, ou  ziggourat,  qui signifie tour entre le ciel et la terre, avait 60 mètres de hauteur. Elle est laissée à l’abandon, et fut engloutie peu à peu par le sable. 

Réalisateur : Laure Coeroli Fernandez

Nom de l'auteur : Anne-Laure Gérôme

Producteur : France 3 Corse ViaStella

Diffuseur : France 3 Corse ViaStella

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Année de diffusion : 2018

Publié le 28/06/21

Modifié le 14/06/22

Ce contenu est proposé par

France Télévisions

  • Je crée mon compte
  • Je me connecte

tour de babel existe t elle

Gagne des Lumniz, passe de niveau en niveau et révèle tes talents en remportant des défis !

tour de babel existe t elle

Rejoins-nous dans la communauté Lumni pour encore plus de fun ! Si tu n’en as pas, crée ton compte : c'est gratuit .

tour de babel existe t elle

Découvre chaque semaine, les nouveautés éducatives pour apprendre autrement dans ta boite e-mail.

A la recherche de la vérité...

tour de Babel signification symbolique

La tour de Babel : signification symbolique

La tour de Babel : quelle interprétation ? Quelle est la signification de la tour de Babel dans la Bible ? Quelle dimension symbolique ?

Après la colère du Déluge et l’épisode de l’arche de Noé, Dieu conclut une alliance avec les hommes ; il les invite à se répandre et à se multiplier sur la Terre. Le peuplement se fait, différentes nations sont fondées et divers langages apparaissent. C’est alors qu’intervient l’édification de la tour de Babel :

1) Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. 2) Comme ils étaient partis de l’orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear, et ils y habitèrent. 3) Ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment. 4) Ils dirent encore : Allons ! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel , et faisons-nous un nom , afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre. 5) L’Eternel descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes. 6) Et l’Eternel dit : Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c’est là ce qu’ils ont entrepris ; maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu’ils auraient projeté. 7) Allons ! descendons, et là confondons leur langage, afin qu’ils n’entendent plus la langue, les uns des autres. 8) Et l’Eternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre ; et ils cessèrent de bâtir la ville. 9) C’est pourquoi on l’appela du nom de Babel, car c’est là que l’Eternel confondit le langage de toute la terre, et c’est de là que l’Eternel les dispersa sur la face de toute la terre. Livre de la Genèse, chapitre 9

Les hommes décident donc d’édifier une ville et une tour pour éviter leur dispersion sur le globe, et pour « se faire un nom ». La tour est donc sensée être le nouveau centre de l’humanité, permettant aux humains de former un seul peuple, parlant une seule langue, portant un seul nom.

Cette initiative ne plaît pas à Dieu, qui décide de confondre les langages et de disperser les hommes loin de la Tour. A noter que le mot Babel dérive de la racine hébraïque blbl , qui signifie « confondre » ou « bredouiller ».

Pourquoi Dieu rejette-t-il cette construction humaine ? Comment interpréter la tour de Babel dans la Bible ? Quel parallèle peut-on établir avec notre civilisation actuelle ?

Entrons dans la signification et le symbolisme de la tour de Babel.

Lire aussi notre article sur le symbolisme de la tour .

La tour de Babel : signification symbolique.

Soucieux d’éviter leur dispersion, les hommes décident de créer une ville-capitale autour d’une tour, laquelle apparaît comme le nouveau centre de l’humanité, voire le centre du monde et de l’univers. En effet, le sommet de cette tour est destiné à « toucher le ciel ».

C’est donc à une conquête du Ciel que se livrent les hommes : en s’appropriant le domaine du céleste, ils créent leur propre Loi, ils prennent la place de Dieu.

Ainsi, au lieu de s’unir autour de la loi divine, les hommes se rassemblent autour d’une construction matérielle, autour d’un axe du monde artificiel, conçu selon leurs propres règles.

Cette tentative montre l’incapacité de l’homme à reconnaître la prééminence de Dieu : la tour de Babel symbolise l’ ignorance autant que l’orgueil. Elle est l’expression même du péché :

  • les hommes renient l’alliance qu’ils avaient passée avec l’Eternel,
  • ils vénèrent un symbole artificiel,
  • ils se rendent coupables d’ hybris , mot qui traduit la démesure humaine, mais aussi la tentative de l’Homme d’usurper les qualités divines. Ce désir irrationnel de puissance, doublé d’arrogance, annonce une chute prochaine.

La tour de Babel a quelque chose de monstrueux : ses dimensions gigantesques écrasent l’humanité au lieu de la libérer. Incapable de comprendre que seul le respect de la loi divine peut mener à la liberté, au bonheur et à l’épanouissement, l’Homme crée une société de violence et de souffrance : il se soumet à lui-même.

Précisément, la construction de la tour est une souffrance, puisque fondée sur le travail comme décrit dans Genèse 9, 3. L’Homme s’enchaine à lui-même, à ses passions et à son ambition déréglée. Ceci sous-entend la présence de tyrans qui imposent leurs symboles et leur loi sur le peuple.

La nature du châtiment de Dieu.

Dieu réagit en dispersant les hommes et en faisant en sorte qu’ils parlent des langues différentes, sans possibilité de se comprendre. Rappelons qu’avant la construction de la tour de Babel, les hommes parlaient différentes langues, mais étaient en mesure de se comprendre.

Dieu sème donc la confusion et la discorde . La confusion constitue la nature même du châtiment : elle renvoie à l’erreur des hommes, qui confondent les plans terrestre et céleste.

Par ailleurs, la confusion est la marque d’une société décentrée, où chacun pense avoir raison, ou chacun se prend pour un Absolu.

En dispersant les hommes, Dieu les empêche de s’allier pour le concurrencer. On peut aussi penser qu’il les protège contre eux-mêmes, contre l’avènement d’un totalitarisme et d’un despotisme mondial. Mais en ne leur donnant plus la capacité de communiquer, de se comprendre, il rend aussi possible la guerre.

Au final, les hommes obtiennent ce qu’ils voulaient éviter : leur séparation, leur fragmentation.

La localisation de la tour : de Babel à Babylone.

Selon le Livre de la Genèse, la tour de Babel est édifiée dans une plaine au pays de Schinear (ou Shinar), ce qui correspond au sud de la Mésopotamie, autrement dit la Babylonie.

La tour a souvent été comparée aux ziggurat mésopotamiennes, ces édifices religieux à degrés dotés d’un temple à leur sommet, symbolisant le lien entre la Terre et le Ciel. La ziggurat de Babylone comportait 7 étages.

Dans la Bible, Babylone représente la perversion de l’Homme qui se crée un faux Dieu païen à son image. Babylone est une cité où règnent en maître les passions et les instincts de domination et de luxure.

Cité splendide, luxuriante, Babylone ne pouvait que s’effondrer et disparaître, car bâtie uniquement sur des valeurs matérialistes. Babylone est donc l’antithèse de la Jérusalem céleste et du Paradis.

Notons que les mots Babel et Babylone ont la même racine étymologique.

Parallèle avec la civilisation occidentale.

La tour de Babel évoque un centre matériel autant qu’un modèle unique, standardisé, auquel les habitants du monde doivent se soumettre. Ceci n’est pas sans rappeler les caractéristiques de notre civilisation occidentale , fondée sur un système économique individualiste, le matérialisme, le travail et l’exploitation.

Marquée par la démesure, la civilisation occidentale connaît un développement hors-sol , axé sur les villes et leurs centres d’affaires triomphants. Jamais rassasié, l’Homme occidental déploie son ambition de conquête dans tous les domaines, y compris le ciel et l’espace. La spiritualité passe au second plan, Dieu est oublié : l’Homme se considère comme le seul maître de la Nature et des éléments.

L’unité du monde occidental, dont le modèle s’étend désormais sur toute la planète (en particulier à travers l’usage d’une langue unique : l’anglais), s’est faite par la conquête, la colonisation et la domination.

Les dérives de notre civilisation annoncent sa chute prochaine : le changement climatique en cours peut être vu comme un nouveau déluge.

Les représentations de la tour de Babel.

La tour de Babel a largement été représentée au fil des siècles jusqu’à nos jours.

Parmi les représentations les plus célèbres, citons :

  • les peintures de Pieter Brueghel ( La Grande tour de Babel, la Petite tour de Babel, XVIème siècle). L’artiste insiste sur le caractère instable et déséquilibré de la tour, qui a tendance à s’effondrer. La construction semble irrationnelle, absurde,
  • les peintures d’autres artistes flamands de la Renaissance : Lucas van Valckenborch (en tête de cet article), Hendrik III van Cleve, Hans Bol, Lodewijk Toeput, Jacob Grimmer, Tobias Verhaecht,
  • la représentation énigmatique de Monsù Desiderio (XVIIème siècle),
  • la gravure Turris Babel d’Athanase Kircher (XVIIème siècle),
  • la Confusion des langues de Gustave Doré (XIXème siècle),
  • les œuvres de Maurits Cornelis Escher (XXème siècle),
  • ou encore l’interprétation d’Endre Rozsda (XXème siècle).

La tour de Babel est souvent représentée sous la forme d’une spirale à étages, traduisant un désir d’élévation mais aussi une tendance au déséquilibre.

Conclusion sur la tour de Babel et son symbolisme.

En construisant la tour de Babel, l’Homme pense pouvoir s’affranchir de Dieu. De même, il croit pouvoir échapper au châtiment divin en construisant une tour assez haute pour ne pas être menacée par les eaux d’un nouveau déluge.

Pourtant, du fait de ses dimensions monstrueuses, la tour de Babel contient en elle-même le déséquilibre , donc la chute et l’effondrement.

Symbole des pires illusions, la tour de Babel annonce une société de contrôle, sans âme, sans amour et sans avenir, où l’Homme se trouve écrasé par un monstre de technicité qu’il a lui-même créé. En tant que faux centre, la tour cache une confusion spirituelle qui se traduira bientôt par la violence, la souffrance et la discorde permanente.

L’union ne pourra être restaurée que par le Christ : c’est le miracle des langues à la Pentecôte ( Actes 2, 5-12 ) ou encore l’assemblée des nations au Ciel ( Apocalypse 7, 9-10 ).

Lire aussi notre article : La parole perdue : comment la retrouver ?

Modif. le 19 janvier 2022

Vous pouvez noter cet article !

J’aime ça :, articles similaires.

Publié dans Christianisme , Judaïsme , Lieux et édifices et Spiritualité

  • La tour de Babel en vrai
  • Symbolique de la tour de Babel
  • Tour de Babel analyse
  • Tour de Babel Babylone
  • Tour de Babel Bible
  • Tour de Babel expression
  • Tour de Babel hauteur
  • Tour de Babel interprétation
  • Tour de Babel localisation
  • Tour de Babel philosophie
  • Tour de Babel signification

saint jean hiver solstice symbolisme

IMPORTANT : ce site vit grâce à vos dons. Votre don, même modeste, est ESSENTIEL . Il permet d’assurer l’avenir d’un site qui aide chaque jour des milliers de personnes à avancer sur leur chemin. Un grand merci pour votre soutien à la Connaissance.

bouton don

La Testeuse

Quelle est l’histoire de la tour de Babel ?

Administrateur

La tour de Babel est une tour mentionnée dans la Bible, plus précisément dans le livre de la Genèse. C’est une histoire qui est devenue célèbre dans le monde entier et qui a inspiré de nombreux artistes, écrivains et cinéastes. Dans cet article, nous allons examiner l’histoire de la tour de Babel, sa signification et son impact sur notre culture.

L’histoire de la tour de Babel

Selon la Genèse, la tour de Babel a été construite par les descendants de Noé après le déluge. Les personnes impliquées dans la construction de la tour étaient animées par une ambition démesurée. Ils voulaient construire une tour qui atteindrait le ciel, dans le but de se faire un nom et d’acquérir une renommée mondiale.

Cependant, Dieu a vu cette entreprise comme un acte de rébellion contre lui-même. Il a décidé de confondre leur langue afin qu’ils ne puissent plus communiquer entre eux. Les constructeurs de la tour ont alors commencé à parler des langues différentes, ce qui a conduit à l’arrêt de la construction de la tour. La tour a été abandonnée et la ville a été appelée Babel, ce qui signifie confusion.

La signification de la tour de Babel

L’histoire de la tour de Babel a une signification profonde qui va au-delà de la simple histoire biblique. La tour est souvent interprétée comme une métaphore de la condition humaine. Les humains ont toujours eu l’ambition de dominer et de contrôler leur environnement. Cependant, la tour de Babel montre que cette ambition peut mener à des conséquences désastreuses.

En confondant la langue des constructeurs, Dieu a montré que la diversité culturelle est une bénédiction et que l’unité forcée peut être dangereuse. Cette histoire montre également que l’humilité est une vertu importante et que l’orgueil peut conduire à la chute.

L’impact culturel de la tour de Babel

L’histoire de la tour de Babel a eu un impact culturel considérable dans le monde entier. Elle a été interprétée de différentes manières selon les cultures et les époques. Les artistes, les écrivains et les cinéastes ont utilisé cette histoire pour transmettre différents messages.

Par exemple, dans la littérature, la tour de Babel a été utilisée pour explorer des thèmes tels que l’ambition, l’orgueil, la diversité culturelle et l’humilité. Le poème « La Tour de Babel » de Jorge Luis Borges est une interprétation de cette histoire dans laquelle il explore les limites de la connaissance humaine.

Dans l’art, la tour de Babel a été représentée de différentes manières. Les peintres de la Renaissance ont représenté la tour comme une structure massive atteignant le ciel. Le tableau « La Tour de Babel » de Pieter Bruegel l’Ancien est l’un des exemples les plus célèbres de représentation de cette histoire.

Dans le cinéma, la tour de Babel a été utilisée pour explorer des thèmes tels que la communication, la technologie et l’ambition. Par exemple, dans le film de science-fiction « Blade Runner 2049 », la ville de Los Angeles est représentée comme une tour de Babel moderne où les langues et les cultures sont mélangées.

Les interprétations de la tour de Babel

L’histoire de la tour de Babel a été interprétée de différentes manières selon les cultures et les époques. Certains y voient une critique de l’ambition humaine et de l’orgueil, tandis que d’autres y voient une dénonciation de l’uniformité culturelle.

Dans le judaïsme, la tour de Babel est considérée comme une punition pour l’orgueil humain. Dans le christianisme, la tour de Babel est considérée comme une histoire de la chute de l’humanité.

Dans l’islam, la tour de Babel est considérée comme un exemple de la méchanceté et de l’arrogance de l’humanité. Dans cette religion, la tour est considérée comme un symbole de l’arrogance humaine et de l’importance de la modestie.

Les théories scientifiques sur la tour de Babel

L’histoire de la tour de Babel est souvent considérée comme une légende biblique. Cependant, certains scientifiques ont proposé des théories qui suggèrent que la tour de Babel a pu exister.

Par exemple, des archéologues ont découvert des tours de forme similaire à celle décrite dans la Genèse. Ils ont également trouvé des inscriptions qui semblent décrire des tentatives de construction d’une tour similaire à celle de Babel.

Certains scientifiques pensent que la tour de Babel était en fait une ziggourat, une structure massive en forme de pyramide que l’on trouve souvent dans l’ancienne Mésopotamie.

Histoire de la tour de Babel

La tour de Babel, un mythe qui fascine encore aujourd’hui

L’histoire de la tour de Babel est une histoire qui a traversé les siècles et les cultures. Elle a inspiré de nombreux artistes, écrivains et cinéastes. Elle a également une signification profonde qui va au-delà de la simple histoire biblique. Cette histoire nous rappelle que l’humilité est une vertu importante et que l’orgueil peut conduire à la chute. Elle nous montre également que la diversité culturelle est une bénédiction et que l’unité forcée peut être dangereuse.

Bien que l’existence réelle de la tour de Babel soit toujours controversée, cette histoire a eu un impact culturel considérable dans le monde entier. Elle a été interprétée de différentes manières selon les cultures et les époques, et a inspiré de nombreuses œuvres artistiques.

En somme, la tour de Babel est une histoire fascinante qui continue de nous intriguer et de nous inspirer, et qui nous invite à réfléchir sur la nature humaine et notre place dans le monde.

FAQ Tour de Babel

Pourquoi la tour de babel a-t-elle été construite .

La tour de Babel a été construite par les descendants de Noé après le déluge. Ils voulaient construire une tour qui atteindrait le ciel, dans le but de se faire un nom et d’acquérir une renommée mondiale.

Pourquoi Dieu a-t-il confondu leur langue ?

Dieu a vu la construction de la tour comme un acte de rébellion contre lui-même. En confondant leur langue, il a montré que la diversité culturelle est une bénédiction et que l’unité forcée peut être dangereuse.

La tour de Babel a-t-elle réellement existé ?

L’histoire de la tour de Babel est souvent considérée comme une légende biblique. Cependant, des archéologues ont découvert des tours de forme similaire à celle décrite dans la Genèse, ce qui a conduit certains scientifiques à penser que la tour de Babel a pu exister.

Les avantages à partir à Barcelone l'hiver

Les avantages à partir à Barcelone l’hiver

Faites un grand geste pour la planète en optant pour les gobelets en carton écologiques

Faites un grand geste pour la planète en optant pour les gobelets en carton écologiques !

Comment choisir un fumigène de couleur pour votre événement

Comment choisir un fumigène de couleur pour votre événement ?

Comments are closed.

Type above and press Enter to search. Press Esc to cancel.

Privacy Overview

 Philosophie magazine : les grands philosophes, la préparation au bac philo, la pensée contemporaine

Babel nous joue des tours

Nous n’en avons pas fini avec la malédiction de Babel, même à l’heure où l’anglais tend à s’imposer comme langue universelle. C’est ce que montre une exposition du palais des Beaux-Arts de Lille, où nous accompagne le philosophe Pierre Bouretz.

Le livre de la Genèse, dans la Bible, relate qu’après le Déluge, les hommes avaient entrepris d’ériger une tour qui atteindrait le ciel. Cette transgression fut punie par Dieu qui établit la confusion des langues. La construction de la tour fut interrompue, les hommes se dispersèrent à travers le monde.

Ce mythe retrouve une étonnante actualité à l’heure où l’anglais international, le « globish » , est en passe de devenir, avec plus d’efficacité que la langue universelle rêvée par Leibniz au XVII e  siècle ou encore l’espéranto forgé par Zamenhof au XIX e  siècle, le vecteur des échanges mondiaux. Sommes-nous sur le point de conjurer la malédiction de Babel ?

En revisitant ce vieux mythe, on peut en tout cas cerner de plus près divers aspects de la mondialisation : la naissance d’une culture universelle, le risque d’uniformisation du monde, la disparition de la communauté au profit de l’individualisme. Tel est le passionnant pari de l’exposition organisée par le palais des Beaux-Arts de Lille . Pierre Bouretz, spécialiste de philosophie allemande et fin observateur du monde contemporain, a consacré plusieurs ouvrages à la tour de Babel. Il montre que la confusion des langues peut être une chance pour l’humanité.

Wolfe Von Lenkiewicz, Babel

Contamination ou greffe .

« En déconstruisant un tableau célèbre de Bruegel, Von Lenkiewicz propose un détournement ironique de la représentation la plus classique de la tour de Babel. Cette œuvre respecte les structures formelles de l’iconographie de la Renaissance, en particulier celles qui régissent l’organisation de l’espace. Non seulement elle reprend les jeux de plans du peintre flamand, mais on y retrouve une ville et un paysage contenant des collines, une rivière, jusqu’à un bateau qui n’a rien de contemporain. Toutefois, l’artiste y introduit des éléments anachroniques issus de l’univers de Walt Disney. Ainsi, comme dans un tableau de la fin du Moyen Âge, un personnage fait irruption dans le décor, mais au lieu d’être une Vierge à l’enfant, il s’agit de Blanche-Neige. En outre, la tour de Bruegel se prolonge ou se transforme, en haut du tableau, en un château de la Belle au bois dormant.

Il s’agit moins de représenter la réalité que de donner à voir une expression métaphorique du monde qui livre un sens ambivalent. Si l’on considère que les motifs propres au dessin animé sont simplement plaqués sur le tableau de Bruegel, on peut dès lors suggérer que la composition de Von Lenkiewicz illustre un phénomène souvent déploré de contamination de la “vraie” culture (Bruegel) par ce qui est dénommé “sous-culture” (Walt Disney). Dans cette hypothèse, l’artiste semble désigner la destruction d’une culture classique sous l’effet d’une trivialisation du monde. Mais on peut, en sens inverse, y voir la traduction de l’idée d’une cohabitation réussie des différentes cultures issues d’univers presque antagonistes. Cette œuvre en forme de clin d’œil apporterait, en ce sens, la preuve que la “sous-culture” hollywoodienne se greffe très bien sur les représentations les plus classiques. Le croisement des références conduirait à des processus d’hybridation et il n’y aurait pas de quoi en faire un drame !

Pollution de la culture classique versus diversité de la culture contemporaine, voilà les deux interprétations possibles de ce tableau qui ne permettent pas de trancher entre la Babel tragique de la tradition et une Babel plus heureuse, la malédiction ou une bénédiction de la confusion des langues et des cultures. L’ironie est poussée jusqu’au bout : on ne sait s’il s’agit d’une déploration du mélange ou d’un éloge du métissage. »

Yang Yongliang, Infinite Landscape

Ordre et désordre.

« Ici, l’homme ne se bat pas avec Dieu, il ne veut pas monter jusqu’au ciel pour l’égaler, mais cherche à réduire la nature, arraisonnée par la technique, comme le dirait Heidegger. Des autoroutes, des rails, des immeubles accrochés à flanc de colline, une usine dominent les nuages. L’orgueil humain tient à la volonté de conquérir et de dominer la nature, ce que des auteurs comme Hannah Arendt tiennent pour l’essence même de la modernité.

Mais l’infini que l’espèce humaine cherche à atteindre est moins vertical qu’horizontal. L’homme ne grimpe pas vers le ciel, mais il avance. Il ne construit pas une tour, mais il marche. Si la vidéo de Yang Yongliang prolonge Babel, elle offre une vision non monothéiste de ce mythe qui repose sur l’existence d’un ordre divin que les hommes contestent en érigeant une tour. La réponse divine, qui est presque celle d’un Dieu nihiliste, est alors de créer du désordre. Un désordre que l’on retrouve dans cette civilisation urbaine qui détruit, à coup de pelleteuses, le cadre naturel. On retrouve la dialectique de l’ordre et du désordre dans cette œuvre dont l’harmonie est absente, qui met en scène une folie, une fuite en avant. De sombres et gigantesques montagnes d’immeubles surplombent à l’infini des mégalopoles en proie à la démesure et à la déraison. L’artiste étant chinois, il faut toutefois se demander si sa critique porte sur la civilisation urbaine en général ou bien sur la manière dont la civilisation matérielle se développe dans le contexte spécifique de la Chine. »

Anselm Kiefer, The Fertile Crescent

Destruction ou décomposition.

« Ces deux tableaux d’Anselm Kiefer font référence au Croissant fertile qui regroupe l’Égypte, la Judée, la Phénicie, la Mésopotamie. Ils nous emmènent à Babylone, sur les lieux de l’exil des Juifs. La couleur, les pierres mal assemblées, la technique témoignent d’une volonté de matérialiser le mythe, de le montrer dans sa dimension organique. Les hommes sont absents, on imagine qu’ils sont partis, laissant une construction inachevée, ou bien qu’ils ont été chassés, suivant deux versions du mythe que l’artiste propose La première toile donne l’impression d’une destruction par la violence. C’est la vision classique d’une Babel tragique, condamnée par la colère de Dieu.

La seconde toile fait plutôt penser à une décomposition, comme si les hommes avaient abandonné la tour. Cette image pourrait se lire à partir de Kafka. Pour l’écrivain, ce sont les hommes qui ont renoncé au projet de bâtir la tour. “Si la construction a échoué, si elle ne pouvait qu’échouer, cela tenait à la faiblesse des fondations”, écrit Kafka. Mais cet échec tient aussi à l’organisation sociale et au temps : “Au début, quand on commença à bâtir la tour de Babel, tout se passa assez bien ; il y avait même trop d’ordre ; on parlait poteaux indicateurs, interprètes, logements ouvriers et voies de communication ; il semblait qu’on eût des siècles devant soi pour travailler à son idée”, raconte-t-il. À la troisième génération de bâtisseurs, “on reconnut l’inanité de bâtir une tour qui touchât le ciel”. Le philosophe Stéphane Mosès interprète cette vision de Babel comme un “dérèglement du rapport au temps”. On pourrait donc lire dans ce tableau de Kiefer une allégorie de la conception moderne de l’Histoire qui fuit sans fin, d’une temporalité ouverte, indéfiniment disponible. Le rêve commun ne s’accomplit jamais. »

Jakob Gautel, La Tour (Tour de Babel)

Le contre-mythe de babel.

« L’installation de Jakob Gautel illustre à merveille ce que dit le philosophe George Steiner de Babel : “Loin d’être une malédiction, la corne d’abondance des différentes langues déversées sur l’espèce humaine constituerait une bénédiction sans fin.” Des milliers d’ouvrages, offrant une multiplicité de langues, construisent une tour qui monte lentement, non grâce à une main qui l’aurait fabriquée, mais plutôt comme si elle se construisait elle-même. Elle monte vers un infini qui n’est pas atteint, composée de livres écrits dans des langues différentes, pour enfants, pour adultes, sérieux ou moins sérieux, sans même les savantes et mystérieuses organisations imaginées par Jorge Luis Borges dans sa nouvelle La Bibliothèque de Babel (à lire dans Fictions ). Cette œuvre s’appuie sur la représentation la moins commune de Babel, selon laquelle la pluralité des langues, la polysémie, la diversité des cultures, sont un bienfait. L’unité cassée ou impossible à produire n’est pas une catastrophe ; la grande grâce de l’expérience humaine tient à cette multiplicité. C’est en quelque sorte le contre-mythe de Babel : ce qui serait une malédiction, ce serait le retour à une langue originelle ou l’invention d’une langue unique à partir des diverses autres, ravalées au rang de curiosités historiographiques. Réduire la diversité à l’uniformité, voilà où est le péril.

Cette tour, loin d’exprimer une volonté de pouvoir, nourrit un imaginaire positif. La multiplicité des langues, des livres, des cultures s’ordonne autour de l’édifice, elle construit une harmonie de l’espèce humaine au sens musical du terme, à partir d’une multitude d’éléments qui ne se détruisent pas les uns les autres. Cette consonance, tendant vers un horizon qui n’est pas atteint et n’a pas besoin de l’être, représente un dépassement de la violence, du pouvoir, de la domination. On pourrait y voir l’image la plus naïve, mais je la trouve au contraire très forte : il existe un lien entre pluralité, diversité et un cosmopolitisme qui peut s’expérimenter, qui n’est pas seulement une idée. Pour quiconque a accès au savoir, ne vouloir parler que sa langue ou au contraire se rendre capable d’en maîtriser plusieurs, s’enfermer dans sa culture ou élargir ses horizons, s’accrocher à ses racines ou découvrir le monde est un choix. »

Andreas Gursky, Mayday V

L’éclatement de la communauté.

« Le monde selon Gursky est devenu une grande boîte qui emboîte une multitude de boîtes, au sein desquelles les individus prennent place comme des objets. Cette tour grillagée qui rappelle un univers de bureau est une image de la civilisation et de l’aliénation contemporaines, où les hommes sont enfermés sans pouvoir communiquer, dans une transparence supprimant toute intimité. Il ne s’agit plus de conquérir le ciel, mais d’habiter un monde figé, dans l’isolement et l’indifférence aux autres, un monde sans communauté, composé d’individus solitaires qui marchent, courent, papotent, seuls ou en petits groupes. La structure géométrique exclut la nature, tout est identique, il n’existe rien d’extérieur à l’image et l’on a l’impression que ça doit continuer sans cesse.

Mais c’est aussi un monde sans violence explicite, contrairement à tant d’images de l’exposition. Mayday V est une allégorie d’une société aliénée sans brutalité, sans pouvoir visible, sans guerre, sans armes. Le pouvoir, s’il existe, est nulle part, sinon dans le fait de la transparence qui entrave la liberté d’action. Dans cette sorte d’après-Babel, tout le monde peut voir et être vu, mais on n’imagine même pas l’œil du pouvoir qui surveille dans le panoptique cher à Foucault. Cette aliénation douce, ce conformisme, cet ennui, seraient l’expression d’une forme postmoderne de la barbarie. »

Expresso : les parcours interactifs

tour de babel existe t elle

L'étincelle du coup de foudre

Sur le même sujet, anselm kiefer, la création sur les ruines.

Une ambitieuse exposition consacrée à Anselm Kiefer dresse une large rétrospective de son œuvre. Obnubilé par le rapport de l’homme au temps, l…

Anselm Kiefer, la création sur les ruines

Concours photo « BABEL contemporaine » : les lauréats

Le jury du concours photo organisé conjointement par le MuCEM et Philosophie magazine dans le cadre de l'exposition “Après Babel, traduire” s'est…

Concours photo « BABEL contemporaine » : les lauréats

Concours photo : « BABEL contemporaine »

En partenariat avec le MuCEM et l’exposition « Après BABEL, traduire » du 14/12/16 au 20/03/17.

Concours photo : « BABEL contemporaine »

Trop fiers de leur langue ?

« Sans l’aventure de Babel, toute la Terre aurait parlé français », écrivait Voltaire dans L’Ingénu. Notre langue serait en effet la plus belle, la plus limpide et la plus élégante de toutes… Pour le linguiste Claude Hagège, par…

"Chronologie Bescherelle" : le français ou le génie d’une langue

Le nouveau volume des Chronologies Bescherelle propose une somme pédagogique et documentée visant à restituer la langue française dans son écrin…

"Chronologie Bescherelle" : le français ou le génie d’une langue

À la recherche d’une langue mère perdue

Et si, à l’origine, l’humanité employait un seul et même idiome ? C’est ce qu’avancent certains linguistes, peut-être encore hantés par le mythe…

À la recherche d’une langue mère perdue

Jacques Darriulat : le naufrage du MV Rena, emblème de l’absurde

En 2011, le photographe Graeme Brown saisit l’image d’un porte-conteneurs sombrant près des côtes de la Nouvelle-Zélande. Pour le philosophe…

Jacques Darriulat : le naufrage du MV Rena, emblème de l’absurde

Jean-Louis Murat. Patois matois

À la faveur d’une collaboration fructueuse avec le quintet clermontois The Delano Orchestra, Jean-Louis Bergheaud dit Murat goûte à nouveau aux…

Jean-Louis Murat. Patois matois

Chronologie de la Franc-Maçonnerie

  & HISTOIRE DES FRANCS-MAÇONS     Présentation d'un ouvrage de référence  

Navigation du site [Passer]

  • ADAM, FRANC-MAÇON
  • LE CALENDRIER
  • LA TOUR DE BABEL
  • LE SECRET DE NOÉ
  • LA CONNAISSANCE
  • MAÎTRE HIRAM
  • KILWINNING LODGE
  • L'OEUVRE NOTRE-DAME
  • MAÎTRES DU MUR
  • LE COOKE (1)
  • LE COOKE (2)
  • STATUTS DE RATISBONNE (1)
  • STATUS DE RATISBONNE (2)
  • CHARTE DE COLOGNE
  • ORDONNANCES DE STRASBOURG
  • ORDONNANCES DE STRASBOURG (2)
  • LES ROSE-CROIX
  • ELIAS ASHMOLE
  • LOUISE DE KEROUAL
  • SAINT-GERMAIN_EN_LAYE
  • ELIZABETH ST. LEGER
  • LA SAINT-JEAN D'ÉTÉ
  • ÉTIENNE MORIN
  • CONSTITUTIONS D'ANDERSON
  • QUE RETENIR DES CONSTITUTIONS…
  • JAMES ANDERSON
  • PREMIÈRES LOGES DE PARIS
  • LES FONDATEURS DE SAINT-THOMAS
  • GODF OU GLDF ?
  • LA MAÇONNERIE DISSÉQUÉE
  • LA LETTRE G
  • VANDALISME MAÇONNIQUE
  • LES OBÉDIENCES FRANÇAISES
  • BIBLIOGRAPHIE
  • LA F.M. EN QUESTION
  • DICTIONNAIRE DE LA F.M.
  • POUR INFORMATION

LA  TOUR  DE  BABEL

- 2542 - L’aventure de la tour de Babel

Si l’on en croit le Livre de la Genèse (11:1-9), les descendants d’Adam, de Caïn et de Noé s’installèrent au pays de Schinear où ils entreprirent de construire une ville et une tour dont le sommet devait « toucher » le ciel. Mais l’Éternel con­fondit leur langage « afin qu’ils n’entendent plus la langue des uns et des autres ». Ainsi est relatée l’histoire de la tour de Babel – que l’on compare souvent à un « ziggourat » de Mé­so­potamie.

La tour de Babel a-t-elle réellement, ou non, existé ? Les francs-maçons d’aujourd’hui ne s’en préoccupent guère. Pourtant, leurs ancêtres opératifs s’y sont souvent référés, non sur le plan symbolique, reposant sur des notions de vanité ou d’orgueil, mais dans le cadre d’une Histoire du monde liée intimement au métier des bâtisseurs.

Il est question de la tour de Babel dans le Manuscrit Regius (1390), premier des Anciens Devoirs , ainsi que dans le Manuscrit Cooke (1410) et la Maçonnerie disséquée de Samuel Prichard (1730), d’où proviennent ces lignes :

« L’institution originelle de la Maçonnerie constitue le fondement des Arts libéraux et des Sciences, mais plus spécialement du cinquième, en l’occurrence de la Géométrie. 

« Ainsi lors de la construction de la tour de Babel l’Art et le Mystère de la Maçonnerie ont été mis en œuvre pour la première fois, puis transmis par Euclide, qui les communiqua à Hiram, le Maître maçon attaché à la construction du Temple de Salomon, qui se trouvait être un excellent et singulier maçon, travaillant sous les ordres du Grand Maître Hiram, dont le nom était Mannon Grecus [Naymus Græcus], qui enseigna la Maçonnerie à Carolos Marcil [Charles Martel] en France. » 

Que voilà un bel exemple d’histoire appliquée…

  • Environnement
  • Foi et Religion
  • Fin des temps
  • Science et Technologie
  • Société / Lifestyle
  • Articles de la Rédaction
  • Revue de presse

L\'Observateur Chrétien

Prier + lire la Bible + chasser les démons… ≠ Être sauvé

tour de babel existe t elle

Parole prophétique sur l’unité de l’Église et l’amour inconditionnel

tour de babel existe t elle

Vidéo : Les dangers d’internet chez les jeunes

tour de babel existe t elle

Témoignage vidéo de Saïd Oujibou, musulman converti au christianisme

tour de babel existe t elle

Lancement officiel de la chaine EMCI TV (EnseigneMoi.com) le 17 décembre

tour de babel existe t elle

EnseigneMoi.com, la suite…

tour de babel existe t elle

Les meilleurs chansons et chanteurs chrétiens de l’année ?

tour de babel existe t elle

Le mariage homosexuel reconnu dans 14 pays européens

tour de babel existe t elle

La « Bible en miniature », une expo en pâte à modeler

tour de babel existe t elle

Plan de Dieu caché dans la Bible : Jésus reviendrait avant 2034 selon ce pasteur

tour de babel existe t elle

Vidéos : Comment prier ? (Nicolas Salafranque)

tour de babel existe t elle

300 000 cas de choléra d’ici fin août au Yémen

tour de babel existe t elle

Seuls 20 pays africains ont déclenché la lutte contre le mariage des enfants

tour de babel existe t elle

Portugal : le bilan du feu de forêt fait au moins 61 morts

tour de babel existe t elle

L’avenir des enfants somaliens en jeu dans un contexte de conflits et de sécheresse

tour de babel existe t elle

Plus de 6 230 langues n’ont pas de Bible

bible

La Tour de Babel a vraiment existé selon de nouvelles preuves

D’aucuns pensent que l’histoire de la Tour de Babel fait partie du folklore, que c’est une des nombreuses légendes que l’on raconte aux enfants. Pourtant, le récit biblique est aujourd’hui attesté par de nouvelles découvertes, apprend-on de Smithsonian Institution , une institution de recherche scientifique reconnue.

Récemment, une nouvelle preuve de l’existence de la Tour de Babel a été révélée : une tablette en pierre, de la collection privée d’un homme d’affaires norvégien, comprenant l’illustration la plus claire jamais trouvée de la grande ziggurat (édifice religieux mésopotamien à degrés) de Babylone.

La tablette a été découverte à Babylone, il y a près d’un siècle mais personne n’avait réalisé son importance jusqu’à ce que le professeur Andrew R. George , un expert dans les textes anciens, analyse et révèle le sens de ses gravures.

Celle-ci, qui a été filmée pour la première fois par Smithsonian Magazine , est ornée d’une illustration dépeignant une structure pyramidale sur sept terrasses, avec à sa droite, une représentation du roi Nabuchodonosor II qui a gouverné Babylone de 605 à 562 av. J.-C.

Il est à noté que les experts apparaissant dans le reportage pensent que la grande ziggurat de Babylone est la première et unique version de la Tour de Babel et qu’elle a été construite donc par Nabuchodonosor II lui-même. Grâce à l’imagerie satellite, ces mêmes experts situent le site sur lequel reposait la structure, dans l’Irak actuelle. Or, d’autres experts pensent plutôt qu’il s’agit d’une restauration ou d’une reconstruction de la Tour antique qui aurait été édifiée dans un premier temps autour de l’époque de Hammurabi (1792-1750 av. J.-C.).

La tablette comporte des inscriptions détaillant les plans de construction ou de restauration réalisés par Nabuchodonosor II ; ce dernier y est représenté avec un chapeau conique royal, un bâton à la main gauche et un rouleau des plans de construction dans sa main droite tendue.

Le premier paragraphe de la tablette comporte l’inscription suivante :

« ETEMENANKI : ZIKKURAT BABIBLI » qui signifie : « LA TOUR ZIGGURAT DE BABYLONE ».

La suite du texte décrit le processus de restauration ainsi :

« MOI NABUCHODONOSOR, ROI DE BABYLONE – DANS LE BUT DE COMPLÉTER E-TEMEN-ANKI ET E-UR-ME-IMIN-ANKI, J’AI MOBILISÉ TOUS LES PAYS DE TOUS LIEUX, CHAQUE ET TOUS LEADERS QUI ONT ÉTÉ ÉLEVÉS EN PROÉMINENCE SUR TOUTES LES PERSONNES DU MONDE – J’AI REMPLI LA FONDATION POUR FAIRE UNE HAUTE TERRASSE. J’AI CONSTRUIT LA STRUCTURE AVEC DES BRIQUES CUITES ET DU BITUME. JE L’AI COMPLÉTÉE ÉLEVANT SON SOMMET JUSQU’AU CIEL, LA RENDANT BRILLANTE COMME LE SOLEIL ».

Le but de la construction et les matériaux utilisés sont les mêmes qu’à l’époque de la première édification dont le récit biblique est détaillé dans le livre de la Genèse, au chapitre 11 :

« Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. Comme ils étaient partis de l’orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear, et ils y habitèrent. Ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment. Ils dirent encore : Allons ! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre. »

La grande ziggurat de Babylone déjà décomposée a finalement été détruite par Alexandre le Grand dans une tentative de le reconstruire vers 331 av. J.-C., selon Wikipédia .

ARTICLES CONNEXES PLUS DE L'AUTEUR

tour de babel existe t elle

USA : Des centaines de chrétiens menacés de mort alors qu’ils sont forcés de rentrer en Irak

tour de babel existe t elle

100 000 enfants menacés en Irak par l’aggravation du conflit dans l’ouest de Mossoul

tour de babel existe t elle

Archéologie : 6 églises découvertes près de la mer de Galilée nous apprennent comment vivaient les chrétiens au 6e siècle

tour de babel existe t elle

Par dégoût, les premiers chrétiens ont adopté un symbole grec pour décrire la crucifixion

tour de babel existe t elle

Seulement 7 familles chrétiennes seraient restées dans ce qui était autrefois la plus grande ville chrétienne d’Irak

tour de babel existe t elle

Le 2e Temple de Jérusalem en réalité virtuelle via une application

tour de babel existe t elle

L’Église chrétienne irakienne unie pour reconstruire 12 000 foyers détruits par l’EI

tour de babel existe t elle

Le christianisme en Irak est-il éradiqué ?

tour de babel existe t elle

Jérusalem : La prétendue tombe de Jésus rouverte après restauration

tour de babel existe t elle

Archéologie : on en sait plus de la vie à l’époque de Jésus

tour de babel existe t elle

Voici à quoi ressemble exactement l’Arche de l’Alliance

tour de babel existe t elle

Une pétition pour soutenir les chrétiens du Moyen-Orient

tour de babel existe t elle

De nouvelles preuves scientifiques appuient le récit biblique du Déluge

tour de babel existe t elle

Puisque toute l’humanité descend d’Adam et Ève, pourquoi y a-t-il tant de « races ? »

tour de babel existe t elle

Une association chrétienne soigne les combattants de l’État Islamique

  • Application
  • Bible en ligne
  • Proposer un article
  • Faire un don

Genèse 11:1-9 La Bible du Semeur

La tour de babel.

11  A cette époque-là [ a ] , tous les hommes parlaient la même langue et tenaient le même langage. 2  Lors de leurs migrations depuis l’est, ils découvrirent une vaste plaine dans le pays de Shinéar et ils s’y établirent. 3  Ils se dirent les uns aux autres : Allons, moulons des briques et cuisons-les au four.

Ainsi ils employèrent les briques comme pierres et le bitume leur servit de mortier.

4  Puis ils dirent : Allons, construisons-nous une ville et une tour dont le sommet atteindra le ciel, alors notre nom deviendra célèbre et nous ne serons pas disséminés sur l’ensemble de la terre.

5  L’Eternel descendit pour voir la ville et la tour que les hommes construisaient. 6  Il dit alors : Ils forment un seul peuple parlant tous la même langue, et voilà ce qu’ils ont entrepris de faire ! Maintenant, quels que soient leurs projets, rien ne les empêchera de les réaliser. 7  Allons, descendons et brouillons là leur langage pour qu’ils ne se comprennent plus entre eux !

8  Et l’Eternel les dissémina loin de là sur toute la terre ; ils cessèrent donc la construction de la ville. 9  C’est pourquoi on l’appela Babel [ b ] parce que là, l’Eternel avait confondu le langage des hommes de toute la terre, et c’est de là qu’il les a dispersés sur toute la terre.

  • 11.1 Les v. 1-9 doivent se situer chronologiquement avant le chap. 10 .
  • 11.9 Le nom Babel évoque en hébreu le verbe Balal qui signifie « confondre, brouiller, troubler ».

La Bible Du Semeur (The Bible of the Sower) Copyright © 1992, 1999 by Biblica, Inc.® Used by permission. All rights reserved worldwide.

     Ce sont principalement des sources tardives qui nous informent sur la structure de l’édifice. La tour de Babylone s’est peu à peu dégradée durant l'Antiquité, avant d’être restaurée par les rois babyloniens Nabopolassar (658-605 av. J.-C.) et Nabuchodonosor II (604-562 av. J.-C.). Ces souverains nous renseignent eux-mêmes sur la forme que devait avoir le monument. Une représentation imagée de la ziggourat figure en effet sur une stèle de pierre noire, qui appartient aujourd’hui à la collection privée de Martin Schøyen. Elle montre un schéma de la tour de Babylone telle qu’elle était au temps du roi Nabuchodonosor II. Malgré le mauvais état de la pierre, la tour est reconnaissable vue de côté, avec les proportions relatives de ses différents étages. Le monarque est figuré avec un bâton dans la main gauche et un objet pointu non identifié dans la main droite. Détail précieux, le dessin de la tour est surmonté d’un plan du petit pavillon qui trônait à son sommet, avec ses cloisons et ses ouvertures. Une déclaration du roi gravée en signes cunéiformes figure sous l’illustration [4][5] :

     Précisons qu’à côté du nom d’E-Temen-Anki, celui d’E-Ur-Me-Imin-Anki désigne la ziggurrat de Borsippa que le roi affirme également avoir restaurée. Il faut croire que ces chantiers de reconstruction ont pris une ampleur considérable, pour qu’ils justifient un appel aussi large à la participation étrangère.

     Un autre document précieux est la « tablette de l'Esagil », qui se présente comme une copie faite à Uruk en 229 avant notre ère d’un texte plus ancien [6]. Traduite également par George Smith, elle porte une description détaillée qui donne sa forme et ses dimensions. On y apprend qu‘elle était constituée de sept étages, édifiés sur des terrasses superposées et reliées entre elles par des escaliers, que sa hauteur totale était également de quatre-vingt dix mètres. Voici un extrait de cette tablette [7] :

« Mesures de la base de l'Etemenanki. Voici la longueur et la largeur à considérer : 3x60 est la longueur, 3x60 est la largeur, mesurées en coudées standard (une coudée vaut environ 50 cm). Ses dimensions sont donc : 3x3 = 9 ; 9x2 = 18. Si tu ne connais pas la valeur de 18, la voici : 3 mesures de semence, superficie mesurée avec la petite coudée. Base de l'Etemenanki : la hauteur est égale à la longueur et à la largeur. Que le sage initié montre ceci à l'initié. Que le non-initié ne le voie pas. Tablette écrite, tracée et collationnée d'après une copie de Borsippa ... Uruk, mois de Kislimmu, 26e jour (12 décembre 229 av. J.-C.). Année 83 : Seleucos (II était) roi ».

     Ce texte à la mathématique quelque peu opaque illustre la complexité des méthodes de calcul employées par les Babyloniens. Mais peut-être s’agit-il un exercice d’écolier, dans lequel la tour aurait servi d’exemple pour un calcul de géométrie.

« Au milieu se dresse une tour massive, longue et large d'un stade, surmontée d'une autre tour qui en supporte une troisième, et ainsi de suite, jusqu'à huit tours. Une rampe extérieure monte en spirale jusqu'à la dernière tour ; à mi-hauteur environ il y a un palier et des sièges, pour qu'on puisse s'asseoir et se reposer au cours de l'ascension. La dernière tour contient une grande chapelle, et dans la chapelle on voit un lit richement dressé, et près de lui une table d'or. Mais il n'y a point de statue, et nul mortel n'y passe la nuit, sauf une seule personne, une femme du pays, celle que le dieu a choisie entre toutes, disent les Chaldéens qui sont les prêtres de cette divinité. Ils disent encore (mais je n'en crois rien) que le dieu vient en personne dans son temple et se repose sur ce lit comme cela se passe à Thèbes en Égypte, à en croire les Égyptiens ».

QQLV

DÉLUGE DE NOÉ

LIVRE DE LA GEnESE

L’Archéologie, la Tour de Babel et la Confusion des Langues

L’épisode biblique de la tour de Babel a-t-il été un véritable événement? L’archéologie soutient-elle cette dispersion de l’humanité à Babel et la naissance des langues?

Dans le chapitre 9 du Livre de la Genèse nous apprenons que Noé et sa famille se sont installés sur le mont Ararat. Ce site n’est pas identifié de manière concluante car il pourrait y avoir beaucoup de sites possibles le long de la montagne au nord-est de la Mésopotamie.

Le groupe de l’époque s’est sans aucun doute dispersé dans toutes les directions à partir de là. Quand nous arrivons à Genèse 10, à la table des nations, nous voyons un fil se dessiner à travers les généalogies.

Nous apprenons que ces personnes sont devenues les peuples du monde. Tout comme au commencement avec Adam, ils avaient reçu l’instruction de se multiplier et de remplir la terre.

tour de babel existe t elle

Inscrivez-vous pour accéder à la bibliothèque en ligne de QQLV!

Accédez à toute la Bibliothèque et à une barre de recherche qui mènent à du  contenu biblique  fascinant sous formes  d’articles et de podcasts  sur les trois thèmes que sont  la science, l’archéologie et la théologie .

De nouveaux contenus sont ajoutés régulièrement ce qui vous permet de suivre  l’actualité scientifique, archéologique et prophétique en lien avec la Parole de Dieu  mais aussi d’approfondir ou de revoir certaines  doctrines bibliques!

Les peuples se sont ainsi multipliés et se sont répandus jusqu’à atteindre le point développé dans Genèse 11, où nous observons la centralisation d’un certain nombre de ces peuples.

.ugb-57c9950 .ugb-blockquote__item{background-color:#fcb900 !important}.ugb-57c9950 .ugb-blockquote__item:before{background-color:#fcb900 !important}.ugb-57c9950 .ugb-blockquote__text{font-size:18px !important} L’intention de Genèse 11 n’était pas forcément de suggérer que les 100% de l’humanité étaient rassemblés dans une seule région, mais simplement qu’un grande nombre d’entre eux s’étaient réunis dans une même zone et avaient entamé le processus d’urbanisation et la construction de la célèbre tour de Babel.

L’ancienne histoire sumérienne d’Enmerkar et du seigneur d’Aratta

L’histoire sumérienne ancienne d’Enmerkar et du Seigneur d’Aratta a été composée avant 2000 avant JC et se concentre sur Enmerkar, roi d’Uruk, et ses conflits avec le roi anonyme d’Aratta.

Selon la liste des rois sumériens, Enmerkar a probablement régné vers 2600 avant JC ou plus tôt, ce qui en fait l’un des premiers rois connus. Dans l’épopée sumérienne sur Enmerkar, qui a été enregistré comme le fondateur de la ville d’Uruk, il tente de construire le temple E-Abzu dans la ville d’Eridu.

Le texte est un composite de 27 tablettes et fragments actuellement connus et découverts dans au moins 3 endroits différents en Mésopotamie.

Archéologiquement, Eridu est souvent considérée comme la première ville connue du monde, et la ziggourat du temple E-Abzu est la plus grande et la plus ancienne connue, mais elle était également inachevée.

Basé sur l’architecture sumérienne et la méthode dans laquelle les plus grands temples et monuments de la tour ont été construits dans le monde antique, la tour de Babel était probablement une ziggourat massive.

Ces ziggourats ont été conçus comme de grandes structures à plate-forme en gradins fabriquées à partir de briques d’argile cuites et construites avec un temple au sommet comme maison des dieux du ciel ou comme lien entre le ciel et la terre.

Dans Enmerkar et le seigneur d’Aratta, le souverain Enmerkar tente de construire une gigantesque ziggourat.

Le bâtiment qu’ils construisent est appelé diversement une «montagne sacrée», «un temple descendu du ciel», «un grand sanctuaire» et «une demeure des dieux», indiquant à la fois sa taille et sa fonction.

Ensuite, une incantation est entonnée pour que tout le monde puisse s’adresser au dieu Enlil dans une seule langue, et le texte déclare que le dieu Enki changera le discours dans leur bouche afin que le discours de l’humanité soit vraiment un.

Cette épopée sumérienne semble refléter la connaissance de l’histoire de la tour de Babel, en particulier avec la construction de la tour massive atteignant le ciel dans l’une des premières villes de Mésopotamie, un lien direct avec la ville d’Ereck / Uruk, et la référence à un seul langage de l’humanité qui est apparu comme un acte d’intervention divine.

Cependant, l’histoire d’Enmerkar semble être inversée partiellement par rapport au récit de la Genèse – l’un des dieux a changé les nombreuses langues en une seule langue, telle qu’elle était avant la construction de la tour de Babel, et il n’y a aucun élément de l’échec de l’achèvement de la tour ou de la dispersion du peuple en rébellion.

Une section de l’histoire se lit comme suit: «l’univers entier … puissent-ils s’adresser à Enlil ensemble dans une seule langue! Car à ce moment-là … Enki … changera le discours dans leur bouche, autant qu’il en avait placé là, et ainsi le discours de l’humanité sera vraiment un. »

Dans les écrits de Flavius Josèphe, la tour de Babel avait été attribuée à Nimrod dans l’antiquité parce qu’il avait établi Babel, et quelques érudits ont même suggéré un lien entre Nimrod et Enmerkar parce que les deux étaient rois, régnaient sur Erech / Uruk, et les deux ont une association avec une tour massive ou ziggourat et le changement de la parole humaine par une intervention divine.

.ugb-b37256f .ugb-blockquote__item{background-color:#8ed1fc !important}.ugb-b37256f .ugb-blockquote__item:before{background-color:#8ed1fc !important}.ugb-b37256f .ugb-blockquote__quote{width:70px !important;height:70px !important}.ugb-b37256f .ugb-blockquote__text{font-size:18px !important} Genèse 11 : 1-8 Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. Comme ils étaient partis de l’orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear, et ils y habitèrent. Ils se dirent l’un à l’autre: Allons! faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment. Ils dirent encore: Allons! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre. L’Éternel descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes. Et l’Éternel dit: Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c’est là ce qu’ils ont entrepris; maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu’ils auraient projeté. Allons! descendons, et là confondons leur langage, afin qu’ils n’entendent plus la langue, les uns des autres. Et l’Éternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre; et ils cessèrent de bâtir la ville.

La localisation de la Tour de Babel

Le Docteur en Archéologie, Douglas Petrovich a fait d’énormes recherches dans ce domaine. Il y a environ sept ou huit «Babel» dans l’ancienne Mésopotamie. Douglas Petrovich a étudié toutes ces zones et n’en a trouvé qu’une qui répond à tous les critères du célèbre site de la Tour de Babel, lequel est le site d’Eridu (la Babel Biblique) qui se trouve au sud-est de la Mésopotamie.

Si vous étudiez l’archéologie mésopotamienne, à l’époque préhistorique, qui est définie par la période précédant l’avènement de l’écriture, il n’y a que deux mouvements de personnes dans cette période, et nous ne parlons pas de mouvements de poterie ou de commerce, mais de deux mouvements de personnes qui s’étendent vers l’extérieur de la Mésopotamie.

Quand on analyse attentivement ces deux expansions, une seul répond à tous les critères de la dispersion à l’époque de la tour de Babel et c’est l’expansion qui s’est produite à l’époque de la fin de la période Uruk – cet évènement est connu par l’appellation : L’Expansion Urukéenne.

tour de babel existe t elle

L’expansion a donc lieu depuis Eridu et les gens se sont étendus vers l’extérieur. Nous avons des signes d’expansion au nord, au sud, à l’ouest, jusqu’en Egypte et bien sûr dans tout le Levant, et même en Anatolie. Alors que cette expansion a eu lieu, on peut voir le plus grand vestige de cette expansion dans la zone la plus proche de la ville de Babel (Eridu), dans la plus grande ville qui s’est développée dans les environs, la ville d’Uruk elle-même, qui est le site de la période Uruk.

La répartition post-Babel et l’Expansion Urukéenne

Il y a une quantité énorme et des types très spécifiques de matériel culturel qui attestent de cette expansion/répartition liée à la dispersion post-Babel.

Toutes ces formes caractéristiques de poterie et de culture matérielle – on les trouve dans tout le Proche-Orient parce que les habitants du site d’Eridu se sont étendus à l’est, au sud, au nord, et particulièrement à l’ouest, jusqu’en Israël et en Egypte, et on y retrouve les mêmes bols à rebord biseauté, des bocaux à quatre pattes, des briques riemchen, la même architecture monumentale, comme le bâtiment tripartite, on trouve des bocaux à bec, tout au long de ces espaces.

tour de babel existe t elle

Et ceci représente essentiellement les vestiges de ce mouvement de répartition des personnes vers ces autres contrées.

Cette expansion connue sous le nom d’Expansion Urukéenne, que Petrovich relie à la tour de Babel et que la Bible dépeint comme un événement qui n’est pas seulement la confusion des langues, mais aussi la dispersion des gens loin de cette ville, a laissé la ville d’Eridu a l’abandon immédiatement après la fin de la période Uruk et n’a plus été occupée pendant des centaines d’années.

Toute cette culture matérielle nous donne une fenêtre sur les événements qui sont liés à la Tour de Babel. Cela nous indique qu’il y a eu un mouvement rapide car nous ne voyons pas de changement dans ces bols et autres matériels culturels.

À un moment immédiat dans le temps, les gens ont littéralement fait leurs valises et ont quitté la région de la Mésopotamie méridionale et se sont présentés dans d’autres endroits du Proche-Orient ancien.

La différence entre l’Expansion Obeïde et l’Expansion Urukéenne

Ce qui est différent entre cette expansion et l’Expansion Obeïde précédente, qui a eu lieu pendant la période préhistorique, c’est que l’expansion Urukéenne se caractérise par une manière très différente d’interagir et de s’installer.

Tout d’abord, nous avons beaucoup de sites qui ont été établis sur un sol vierge.

Aussi partout où ils se sont installés avec d’autres personnes, soit il y a eu une attaque de la communauté déjà présente, soit ils se sont installés avec les personnes déjà présentes tout en étant séparés d’eux.

Nous avons ici la première forme de ségrégation entre différents groupes. Les nouveaux arrivants vivaient dans le même voisinage que les occupants d’origine, mais à côté d’eux, sans s’entremêler et sans vivre dans les mêmes maisons et dans les mêmes rues.

.ugb-47f5b1a .ugb-blockquote__item{background-color:#fcb900 !important}.ugb-47f5b1a .ugb-blockquote__item:before{background-color:#fcb900 !important}.ugb-47f5b1a .ugb-blockquote__quote{width:70px !important;height:70px !important}.ugb-47f5b1a .ugb-blockquote__text{font-size:18px !important} Nous avons des preuves de différents groupes de personnes vivant isolément pour la première fois. Ceci est le type de preuve auquel qu’on s’attend de la part de ces personnes qui ont été dispersées à la Tour de Babel et qui avaient des langues différentes.

C’est pourquoi il y eut cette ségrégation, parce qu’ils ne pouvaient pas se mélanger et converser les uns avec les autres. Il est donc logique qu’ils vécurent dans des zones séparées autour de la ville.

Et la même dynamique se produit dans les grandes villes du monde entier où vous avez plusieurs groupes de personnes. Un groupe de personnes arrive et il ne peut pas parler la langue locale, il développe en conséquence une communauté dans la ville, qui est un groupe de personnes ethniquement singulier.

L’apparition de langues diversifiées à Babel

La question des langues est très intéressante et fait partie de l’archéologie parce qu’elle fournit des preuves pertinentes.

tour de babel existe t elle

Les tablettes d’argile en sont un aspect important car elles proviennent d’un point de transition où le langage écrit n’avait pas encore été développé et il était sur le point de l’être. Nous voyons sur leurs tablettes qu’il y a des traits, des images, que nous appelons des pictogrammes.

Suivant la période de l’Expansion Urukéenne, nous voyons le langage se développer à différents endroits, probablement d’abord en Mésopotamie avec les traits qui étaient utilisés sur ces tablettes d’argile et qui sont devenus une partie de l’écriture cunéiforme.

tour de babel existe t elle

Dans d’autres endroits comme en Égypte, on trouve des hiéroglyphes. C’est le résultat de pictogrammes qui faisaient également partie du mécanisme d’écriture original de la tablette d’argile.

C’est comme si les langues avaient surgi d’un coup. Cela soutient le modèle de la Genèse parce que l’expression écrite du langage a surgi de nulle part.

Une langue est quelque chose qui se décompose au fil du temps. Elle va du complexe au simple et nous en voyons le reflet dans les archives archéologiques sous forme de tablettes et sous d’autres formes de texte.

C’est très intéressant parce que nous avons examiné la conception de l’univers et du vivant et la façon dont cette conception devait être en place dès le début et en même temps pour qu’elle soit fonctionnelle, et c’est ensuite qu’elle s’est détériorée. C’est la même chose que nous observons avec les langues.

La grammaire des langues est très spécifique pour chaque langue donnée. Nous avons différentes expressions de grammaire qui sont uniques à chaque langue.

Nous avons des aspects de langage qui sont diversifiés et il n’y a pas un plan universel suivi par toutes les langues, il y a une grande diversité dans les formes de grammaire d’une langue à une autre et même dans les langues anciennes.

.ugb-13b12a1 .ugb-blockquote__item{background-color:#fcb900 !important}.ugb-13b12a1 .ugb-blockquote__item:before{background-color:#fcb900 !important}.ugb-13b12a1 .ugb-blockquote__quote{width:70px !important;height:70px !important}.ugb-13b12a1 .ugb-blockquote__text{font-size:18px !important} Fondamentalement, cette incroyable dynamique du langage, qui s’exprime de différentes manières, avec des écritures différentes dans tout le Proche-Orient ancien, et dans une grande diversité au sein de ces langues et des formes grammaticales – tout cela reflète une capacité très soudaine à communiquer par écrit. Tout cela correspond parfaitement à ce que nous considérerions comme le récit biblique de la confusion/création des langues par Dieu à Babel.

C’est réellement la seule façon d’expliquer cette unicité de chaque famille de langue. L’intégrité de l’histoire biblique est donc finalement justifiée par l’expression de ces langues.

Le Site d’Eridu – La Babel Biblique

Fondamentalement, le site d’Eridu a été appelé Babel dans les temps anciens dans un certain nombre de sources. Le site est présent au bon moment dans l’histoire. Nous avons de la poterie caractéristique et d’autres formes de culture matérielle de la fin de la période Uruk que l’on trouve à Eridu.

Et nous avons deux formes d’architecture monumentale très fascinantes, l’une qui a existé en 18 phases différentes et à chaque phase elle a grandi dans sa taille et sa complexité. Et cette phase finale du temple a été abandonnée immédiatement au moment de l’Expansion Urukéenne.

.ugb-0cf987f .ugb-blockquote__item{background-color:#fcb900 !important}.ugb-0cf987f .ugb-blockquote__item:before{background-color:#fcb900 !important}.ugb-0cf987f .ugb-blockquote__quote{width:70px !important;height:70px !important}.ugb-0cf987f .ugb-blockquote__text{font-size:18px !important} A côté du temple il y avait une plate-forme absolument énorme, et cette plate-forme était si grande qu’elle en éclipsait le grand temple qui y était. Cela pourrait être la fondation de la tour de Babel.

tour de babel existe t elle

En fait, l’archéologie démontre que les fondations de ce temple présentent les types de culture matérielle caractéristique de la fin de la période d’Uruk. On a découvert que les briques originales qui y avaient été ajoutées provenaient de cette période, mais elles n’ont jamais été achevées.

Ce n’est que des centaines d’années plus tard, pendant la troisième dynastie d’Ur, que les rois de la dynastie ont décidé que cette horreur dans la ville voisine d’Eridu ne devait plus rester inachevée. Ils ont donc achevé cette structure, qui est exactement ce que nous voyons dans d’autres régions autour de la Mésopotamie et au-delà, connue sous le nom de Ziggurat, qui est essentiellement l’équivalent d’une tour.

tour de babel existe t elle

On peut donc suggérer que cette tour inachevée qui n’a été achevée que des centaines d’années plus tard à Eridu sur cette plate-forme massive est la tour de Babel. Il s’agit essentiellement d’une variante d’une pyramide avec quatre côtés et plusieurs escaliers.

tour de babel existe t elle

Ces ziggourats n’étaient même pas limités à la Mésopotamie, on trouve des formes de ces ziggourats partout dans le monde.

Nous pouvons suggérer que cette Expansion Urukéenne, là où cette technologie a commencé et où cette forme d’architecture a commencé, est une chose qui s’est répandue avec les personnes s’en allant du site d’Eridu car même s’ils parlaient alors des langues différentes, ils sont allés là où ils sont allés avec leur propre culture, leurs propres connaissances technologiques et leurs propres compétences de construction qu’ils avaient autrefois partagés ensemble à Babel, à la ville d’Eridu.

Sargon d’Akkad et Nimrod

tour de babel existe t elle

Nous avons d’autres preuves dans la Bible de ce mouvement vers l’urbanisation. Et probablement le meilleur exemple est l’identité de l’homme dans la Bible connu sous le nom de Nimrod.

Douglas Petrovich a fait de nombreuses recherches sur Nimrod. Il est convaincu que Nimrod était Sargon d’Akkad. Les villes qui ont été prises par Nimrod, et bien sûr Babylone en fait partie, comme Kalhu et Ninive, des villes importantes de l’empire assyrien, ont été prises par Sargon d’Akkad. Ce que nous lisons sur Nimrod est vrai dans la biographie de Sargon.

Premièrement, Nimrod et Sargon venaient de la même région. L’origine de Nimrod à Cush correspond à l’origine de Sargon en sumérien Kish. Les peuples et les territoires ont été nommés en l’honneur de Cush (Kish), le petit-fils de Noé. La liste des rois sumériens nomme Kish comme la première ville sur laquelle «la royauté fut [à nouveau] abaissée du ciel» après le déluge et dit qu’elle est devenue la principale ville de Sumer, des faits confirmés plus tard par des fouilles archéologiques.

Deuxièmement, Nimrod et Sargon ont fait d’Akkad une ville importante. Bien que les chercheurs ne connaissent pas l’emplacement exact d’Akkad, des textes anciens la placent à Babylone et à Kish et suggèrent qu’Akkad est devenue importante une fois que Sargon en a fait sa capitale et a restauré Kish. De Akkad, Sargon a conquis Mari, Ebla et l’Assyrie.

Les archives archéologiques correspondent au récit biblique de l’emplacement de Nimrod à Sumer et de ses conquêtes d’Uruk – le centre du pouvoir en Mésopotamie – et d’Akkad, d’où il étendit son règne au nord (Gen. 10: 10-11).

Troisièmement, Nimrod et Sargon ont lancé des projets de construction en Assyrie. La Bible révèle que Nimrod a construit les principales villes d’Assyrie (vv. 11–12). Les découvertes archéologiques à Nippur (une ancienne ville de Mésopotamie) attribuent le même exploit à Sargon.

Quatrièmement, Nimrod et Sargon ont créé une influence durable sur l’Assyrie. La Bible indique que les exploits de Nimrod ont eu un impact indélébile sur les Israélites, puisque le prophète Michée a assimilé le «pays d’Assyrie» au «pays de Nimrod» (Mic. 5: 6). De la même manière, Sargon a laissé une influence durable sur la culture assyrienne en introduisant le système de datation éponyme, utilisé tout au long de l’histoire de l’Assyrie.

Cinquièmement, Nimrod et Sargon étaient tous deux légendaires pour leurs exploits militaires. Genèse 10: 9 appelle Nimrod un «puissant chasseur devant l’Éternel», indiquant que Dieu a observé – non approuvé – ses exploits militaires. «C’est pourquoi il est dit:« Comme Nimrod, le puissant chasseur devant l’Éternel ».» Sa réputation s’est peut-être étendue à des générations successives (v. 9). Les reliefs du palais découverts dans l’ancienne Ninive présentent les exploits de chasse et les conquêtes militaires des rois assyriens.

Ainsi, le texte que nous avons dans la Genèse concernant Nimrod et tout ce qu’il a conquis correspond aux artefacts que nous avons pour Sargon. Cela correspond aux artefacts, cela correspond à l’histoire et cela correspond au récit épigraphique qui nous dit du peuple akkadien lui-même quel fut son chemin pour atteindre la gloire, conquérir des villes et devenir le premier bâtisseur d’empire.

Abraham et Ur (Our)

Nous pouvons aller jusqu’à l’époque d’Abraham car nous savons qu’Abraham a vécu sur le site d’Ur qui était également dans le sud de la Mésopotamie à la fin du troisième millénaire avant notre ère. Cela nous amène à la fin de Genèse 11.

Fondamentalement, la troisième dynastie d’Ur était le successeur de la dynastie akkadienne et ils sont devenus les rois des quatre coins de la terre et ont réussi à prendre le contrôle des territoires que les akkadiens détenaient.

Abraham est venu de cette ville et aurait au 21ème siècle déménagé à Canaan. Le site d’Ur, de manière assez intéressante, a été détruit vers la fin du 21ème siècle avant JC, moins d’un siècle après qu’Abraham l’ait quitté. Et il y a une lamentation connue sous le nom de Lamentation d’Ur qui a été écrite dans les annales akkadiennes au sujet de la destruction de la ville.

Avant le siège de la ville, alors que l’empire pataugeait déjà, Térach a peut-être pensé qu’il était opportun de partir. Si la situation politique et économique en désintégration ne les avait pas convaincus de partir, l’attaque imminente de la ville leur aura certainement fait changer d’avis.

Quel que soit le motif de sa décision, Térach a déménagé sa famille vers le nord d’Ur à Charan où Abraham a vécu pendant environ 50 ans avant de migrer vers Canaan.

Nous percevons entre autres à travers ce genre d’élément la nature de « témoin oculaire » de ce récit et non celle d’un récit inventé 1500 ans après les faits.

La plupart des chercheurs annulent le récit de la Tour de Babel en le prononçant comme une «étiologie», une histoire comme d’autres mythes anciens utilisés pour expliquer quelque chose dans le monde réel. Dans ce cas, Genèse 11: 1–9 explique pourquoi il y a tant de familles de langues à travers la terre. Lorsque nous approfondissons, cependant, nous constatons que le récit n’est pas inventé, mais plutôt enraciné dans des faits historiques solides.

Deux anciennes tablettes d’argile ont été trouvées. Elles enregistrent des versions mésopotamiennes de l’événement.

En bref, la première tablette, maintenant au British Museum et très fragmentaire, raconte la destruction d’un bâtiment sur un monticule de bābel, par un dieu qui «confondait ou mélangeait» (bālal, comme dans Genèse 11: 7, 11: 9) le langage des constructeurs 1 .

tour de babel existe t elle

© Administrateurs du British Museum, Londres.

Une tablette d’argile assyrienne trouvée à Ninive contenait un récit de la confusion du langage à Babel. Il parle du dieu Bel détruisant les murs qui avaient été construits et confondant le langage des gens de Babel.

La deuxième tablette, maintenant conservée au musée Ashmolean à Oxford, en Angleterre, contient un récit intact de l’incident. Cette version, intégrée dans une composition beaucoup plus longue appelée «Enmerkar et le Seigneur d’Aratta», nous aide à identifier où l’événement a pu se produire.

.ugb-abe7acc .ugb-blockquote__item{background-color:#bda8a8 !important}.ugb-abe7acc .ugb-blockquote__item:before{background-color:#bda8a8 !important}.ugb-abe7acc .ugb-blockquote__quote{width:70px !important;height:70px !important}.ugb-abe7acc .ugb-blockquote__text{font-size:18px !important} Il dit: « En ces jours-là. . . (dans) l’étendue (entière) du ciel et de la terre, le peuple qui (lui a été confié) pouvait s’adresser [au dieu] Enlil [seigneur de l’air], en vérité, dans une seule langue. A cette époque-là . . . fait Enki,. . . . chef des dieux,. . . le seigneur d’Eridu a séparé les langues dans leur bouche autant qu’il y en avait. Les langues des hommes qui ne faisaient qu’un 2 . »

Un indice de l’emplacement probable est donné dans le texte d’Enmerkar. Le dieu Enki était le seigneur de la ville d’Eridu, à 11 km au sud-ouest d’Ur, dans le sud de la Mésopotamie. Puisque Enki était le seigneur d’Eridu, il est logique que l’événement ait eu lieu à Eridu 3 . Les textes mésopotamiens indiquent qu’un nom alternatif pour Eridu était Babel.

Nous savons, d’après les éléments archéologiques, qu’une migration de masse appelée «Expansion Urukéenne» a eu lieu à partir de cette région à la fin de la période préhistorique d’Uruk.

La diffusion de la culture mésopotamienne méridionale de cette région est cohérente avec la description biblique de ce qui s’est passé suite à la confusion des langues:

.ugb-b816b3e .ugb-blockquote__item{background-color:#8ed1fc !important}.ugb-b816b3e .ugb-blockquote__item:before{background-color:#8ed1fc !important}.ugb-b816b3e .ugb-blockquote__quote{width:70px !important;height:70px !important}.ugb-b816b3e .ugb-blockquote__text{font-size:18px !important} Genèse 11 : 8 Et l’Eternel les dissémina loin de là sur toute la terre ; ils cessèrent donc la construction de la ville.

De plus, les preuves des fouilles à Eridu suggèrent qu’une tour, ou ziggurat, était en construction à ce moment, mais jamais achevée 4 .

Les archéologues séculiers n’associent pas cette preuve à la tour de Babel, car ils supposent à tort qu’il s’agit d’un récit légendaire.

L’Archéologie et le Patriarche Biblique Abraham – A-t-il existé ? Le récit de la genèse est-il historique ?
L’origine des peuples&langues selon la Bible

Références:

  • For a discussion of the tablet, see G. Smith, updated by A. H. Sayce, The Chaldean Account of Genesis (New York: Scribner, 1880), 161–169.
  • T. Jacobsen, “Enmerkar and the Lord of Aratta (1.170),” in The Context of Scripture vol. 1: Canonical Compositions from the Biblical World, ed. W. W. Hallo (Leiden: Brill, 1997): 547–548 (words in parentheses added by the translator; words in brackets added by the author).
  • https://answersingenesis.org/tower-of-babel/where-in-the-world-is-the-tower-of-babel ..
  • https://www.youtube.com/watch?v=NurrWE8XX0U .

tour de babel existe t elle

Privacy Overview

Que symbolise la Tour de Babel ?

  • Lien copié ! Lien de l'article

C’est quoi cette Tour de Babel ? Elle a vraiment existé, du côté de Babylone il y a 4000 ans. Bruegel l’a peinte, Bob Marley l’a chantée, Manuela nous raconte…

Ça pourrait vous intéresser

C’est quoi cette Tour de Babel ? Elle a vraiment existé, du côté de Babylone il y a 4000 ans. Bruegel...

Le maître flamand met en scène la célèbre légende biblique, pour mieux nous montrer la vie quotidienne...

Disque rouge sur fond blanc, le drapeau japonais symbolise le soleil de l’aube. L’ensemble a d’abord...

Les vestiges antiques du Machu Picchu livrent leurs secrets au fil du temps.

Le logo Mercedes symbolise : l’eau, l’air et la terre. En 1887, l’ingénieur allemand Gottlieb Daimler...

Si la spiritualité est souvent associée à la religion, cette notion forte est également rattachée à...

Partout en France, on arrête les pendules à l’instant du décès. On ne les remet en marche qu’après l’inhumation...

Initialement prévu pour se tenir du 27 juin au 19 juillet 2020, le Tour de France est reporté en raison...

Ce 1er février 2022 marque le Nouvel An Lunaire, célébré dans plusieurs pays d'Asie. Cette nouvelle...

Pour la première fois, la Grande Boucle démarrera dans un pays non limitrophe de la France. (Il y avait...

Non. Sur les 7 290 km de sentier du littoral métropolitain, les promeneurs peuvent parcourir 4 606 km...

Bologne a limité le trafic autour des deux tours symboliques de la ville, la tour Asinelli et la tour...

Construite en Italie à Pise sur une plaine alluviale à partir de 1174, la tour a commencé très vite...

En hiver, la Dame de fer mesure exactement 323,92 m quand il gèle à -10° C. Soit 8 cm de moins que sa...

Elle fait partie des monuments emblématiques à voir lors d'un séjour en Italie. Qui est-elle vraiment,...

Sécheresse, prix de l’électricité… Produire de l’eau devient de plus en plus cher pour les communes...

Le 31 mars 1889, la construction de ce monument est achevée en un temps record, ce qui est considéré...

C’est la plus belle vitrine du monde. Troisième évènement le plus regardé derrière les Jeux olympiques...

Les organisateurs du Tour de France distribuent environ 2,3 millions d'euros de gains aux coureurs et...

Lire le PDF en ligne

L'ancien président mongol raille Poutine en rappelant la taille de la Russie sous le joug tatar

  • Lire dans l’app
  • Copier le lien Lien copié

Réagissant à l’interview du journaliste Tucker Carlson dans laquelle le président russe a justifié par l'histoire l’invasion de l’Ukraine, l’ex-président de la Mongolie a rappelé, cartes à l’appui, la petite taille de la Russie sous domination de l’Empire mongol au XIIIe siècle.

Par l’ironie, prendre Vladimir Poutine à son propre piège. Voilà comment l’ex-président de Mongolie a choisi de réagir à l’ interview du chef du Kremlin avec le journaliste américain Tucker Carlson , diffusée jeudi soir. Dans cet entretien fleuve, le président russe avait de nouveau justifié l’ invasion de l’Ukraine par l’argument historique, revenant dans un monologue interminable de 23 minutes sur l'histoire de la Russie depuis le IXe siècle pour démontrer que la nation ukrainienne n’avait jamais existé .

  • Suivez les informations sur la guerre en Ukraine avec l'application du Figaro

Tsakhia Elbegdorj, qui fut premier ministre de Mongolie avant d’en prendre la présidence de 2009 à 2017, a raillé cet argument en publiant lundi sur le réseau social X une carte de l’empire mongol au cours des siècles. On y voit la Russie ridiculement petite en comparaison de son puissant voisin. Notamment sur l’une des quatre cartes, datée du XVe siècle, où une tache orange dans l’immense empire rouge est siglée de la légende : «Russie en 1471» . «Ne t'inquiète pas, ironise l’ancien chef d’État à l’adresse du chef du Kremlin. Nous sommes une nation pacifique et libre» .

Vladimir Poutine, un «profond narcissique»

Cette pique de l’ancien président mongol se base sur la période de l’histoire russe appelée «joug tatar» ou «joug mongol» , qui débute en 1237 par l’invasion de la Rus' ou Ruthénie par les khans mongols de la Horde d'or. Les principautés russes disparates sont alors vassalisées au sein de l’empire mongol, qui reste encore aujourd'hui le plus grand État de l'Histoire (de 24 à 33 millions de kilomètres carrés à son apogée). Cette période de domination durera jusqu’en 1480, lorsqu’Ivan III refusera de payer le tribut demandé par les Mongols et mettra fin à leur joug.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Mongolie, sans soutenir officiellement Moscou, n’a pas pour autant condamné l’invasion russe. Tsakhia Elbegdorj, lui, a toujours clairement exprimé son soutien à l'Ukraine. Il a d’ailleurs étudié le journalisme dans ce pays puis aux États-Unis, avant de revenir en Mongolie pour y faire carrière en politique.

Ainsi déclarait-il en février 2023 : « Les démocraties du monde doivent se rassembler avec encore plus de détermination pour déclarer que la liberté n'est pas négociable et donner à l'Ukraine les armes dont elle a besoin pour gagner.» L’ex-président avait également qualifié Vladimir Poutine de «profond narcissique» qui ne peut «pas se permettre de voir des voisins plus prospères».

  • Khurelsukh Ukhnaa: «La Mongolie est, pour la France, un pont vers l'Asie de l'Est»
  • Bernard Rogel: «La Russie est entrée dans une ère d'intimidation»
  • Le ministre de la Défense de la Lettonie au Figaro : «Poutine a déclenché en Russie un processus d’autodestruction»
  • Vladimir Poutine

Partager via :

Plus d'options

le 13/02/2024 à 14:30

Drôle ! On est impatient de pouvoir reprendre la marche du monde avec des grandes personnes...une fois le petit kagébiste ramené à la maison.

le 13/02/2024 à 14:28

Pourtant la Mongolie a d'excellentes relations avec la Russie car l'Union Soviétique a empêché la Chine de l'annexer, se contentant de la Mongolie Intérieure... La Mongolie a demandé au cours du XXe siècle, à cinq reprises, de devenir une des république fédérées de l'URSS. Le temps de la splendeur de l'empire de Gengis Khan étant bien loin !

le 13/02/2024 à 14:25

Cette fois-ci, Poutine a été ridiculisé !

«Ils veulent retourner dans leur patrie historique» : quand Poutine évoque les «droits» de la minorité hongroise d’Ukraine

«Je n’en ai jamais parlé à Viktor Orban», a déclaré le président russe lors de l’entretien qu’il a accordé à Tucker Carlson à qui il a raconté un «road trip» qu’il avait fait dans sa jeunesse en Transcarpatie, dans l’ouest de l’Ukraine.

Guerre en Ukraine : Zelensky remplace Zaloujny à la tête de l'armée

Le président ukrainien a nommé le chef des forces terrestres, Oleksandr Syrsky, nouveau chef d'état-major.

«Les soldats les ont protégés de leur corps» : comment l’armée israélienne a libéré deux otages du Hamas

Le porte-parole de Tsahal Daniel Hagari a divulgué les détails d’une opération prévue de longue date, mais reportée à plusieurs reprises.

  • Résultats des élections
  • Guerre en Ukraine
  • Tension Iran-Etats Unis
  • Corée-Du-Nord
  • Actualité politique en temps réel
  • Analyses, débats politiques et sociétaux
  • Actualité et réseaux sociaux
  • Programme TV en ce moment
  • Programme TV TNT
  • Séries Netflix, HBO, OCS et TV
  • Election et photos Miss France 2024
  • Programme TV Canalsat
  • Programme TV Free
  • Programme TV SFR
  • Actu people
  • Calendriers et résultats des matchs en direct
  • Coupe du monde de rugby 2023
  • Jeux olympiques
  • Actualité cyclisme
  • Résultats, classement général Tour De France
  • Qualifications Euro 2024
  • Classement Ligue 1
  • Classement Top 14
  • Transferts football
  • Coupe du monde 2022
  • Ballon d'Or France Football
  • Horoscope du jour
  • Guide du mariage
  • Recettes de cuisine
  • Brigitte Macron
  • Apéritif dînatoire
  • Recette pâte à crêpe
  • Tendance bijoux
  • Meghan Markle
  • Gainer son corps
  • Fiches et guides des médicaments
  • Astuces et conseils bien-être
  • Santé et sexualité
  • Index des maladies
  • Conseils alimentation, nutrition et santé
  • L'encyclopédie des organes
  • Conseils en psychologie
  • La pollution va t-elle nous tuer ?
  • Apnée du sommeil : Comment mieux dormir ?
  • 15 mythes sur les vertus des aliments
  • Guide d'achat maison et jardin
  • Guide d'achat santé et beauté
  • Guide d’achat high-tech
  • Guide d'achat smartphones et tablettes
  • Comment choisir le meilleur extracteur de jus ?
  • Quelle est la meilleure montre connectée ?
  • Quel est le meilleur home cinéma sans fil ?
  • Comparatif semelle gel
  • Quel épilateur électrique choisir ?
  • Meilleurs VPN de 2023
  • Résultats Bac
  • Révisions du Bac
  • Annuaire des écoles de commerce
  • Les entreprises qui recrutent
  • Trouver un stage
  • Résultats Brevet des collèges
  • Classement des écoles de commerce
  • Trouver une alternance
  • Agenda étudiant : JPO, salons…
  • Succession de Johnny Hallyday
  • Sorties cinéma
  • Guide arts et expositions
  • Actualité musicale
  • Actualité jeux-vidéo
  • Citations et proverbes
  • Réservation de spectacles et théâtre
  • Sortir à Paris
  • Histoire de France
  • Langue française
  • Code promo Wish
  • Code promo Cdiscount
  • Code promo SheIn
  • Code promo eBay
  • Code promo AliExpess
  • Code promo Deliveroo
  • Code promo Nike
  • Code promo Sephora
  • Code promo Showroomprive
  • Code promo Asos
  • Toutes les offres d'emploi
  • Emploi à Paris
  • Emploi à Lyon
  • Emploi à Toulouse
  • Emploi à Nantes
  • Emploi à Bordeaux
  • Emploi commercial
  • Emploi contrôleur de gestion
  • Emploi logistique
  • Emploi communication
  • Nos fiches métiers
  • Annonces immobilières
  • Achat appartement Paris
  • Achat appartement Nice
  • Achat appartement Cannes
  • Achat appartement Bordeaux
  • Achat appartement Lyon
  • Achat appartement Aix-en-provence
  • Achat maison Bordeaux
  • Achat maison Marseille
  • Achat maison Montpellier
  • Simulateur de seuil de richesse
  • Actualité économique et analyses
  • Impôts sur le revenu : simulateur
  • Palmarès des villes où investir dans l'immobilier
  • Studios et 2-pièces : les loyers ville par ville
  • Calculer l'impôt à payer
  • Barême des droits de succession et donation
  • Indice de référence des loyers (IRL)
  • En France, les hauts revenus sont-ils tous des «riches»?
  • Carte familles nombreuses : jusqu’à 75 % de réduction sur les billets de train
  • Guide des croisières
  • Guide voyage Jordanie
  • Guide voyage Namibie
  • Guide voyage Maroc
  • Guide voyage New York
  • Guide voyage Birmanie
  • Guide voyage Lille
  • Guide voyage Antilles
  • Guide voyage Japon
  • Guide voyage Amsterdam
  • Le Figaro Magazine
  • Madame Figaro
  • Le Figaro Hors-Série
  • Le Figaro Histoire
  • TV Magazine
  • F, l'art de vivre
  • SCPI de rendement
  • Changer d’assurance de prêt immobilier
  • Le Village de l'emploi avis
  • Alarme maison
  • Demande de carte grise en ligne
  • Définition du portage salarial
  • Stress et troubles du sommeil
  • A savoir en France
  • Annonces légales
  • Comprendre le vin
  • Tops et sélections
  • Domaines et vignerons
  • Economie du vin
  • Foire aux vins
  • Magazine du vin
  • Cocktails et mixologie
  • Terroir et viticulture
  • Résultats des élections Hauts-de-Seine
  • Résultats des élections Seine-Saint-Denis
  • Résultats des élections Val-de-Marne
  • Résultats des élections Val-d'Oise
  • Résultats des élections Yvelines
  • Résultats des élections Var
  • Résultats des élections Alpes-Maritimes
  • Résultats des élections Essonne
  • Résultats des élections Nord
  • Résultats des élections Auvergne-Rhône-Alpes
  • Résultats des élections Bourgogne-Franche-Comté
  • Résultats des élections Bretagne
  • Résultats des élections Centre-Val de Loire
  • Résultats des élections Corse
  • Résultats des élections Grand Est
  • Résultats des élections Hauts-de-France
  • Résultats des élections Ile-de-France
  • Résultats des élections Normandie
  • Résultats des élections Nouvelle-Aquitaine
  • Résultats des élections Occitanie
  • Résultats des élections Pays de la Loire
  • Résultats des élections Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • Résultats des élections Paris
  • Résultats des élections Marseille
  • Résultats des élections Lyon
  • Résultats des élections Toulouse
  • Résultats des élections Nice
  • Résultats des élections Nantes
  • Résultats des élections Montpellier
  • Résultats des élections Strasbourg
  • Résultats des élections Bordeaux
  • Résultats des élections Lille
  • Résultats des élections Rennes
  • Résultats des élections Reims
  • Résultats des élections Saint-Étienne
  • Le Figaro Bordeaux
  • Le Figaro Lyon
  • Le Figaro Nantes
  • Le Figaro Nice

À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.

tour de babel existe t elle

IMAGES

  1. La tour de Babel (Genèse 11)

    tour de babel existe t elle

  2. Une tour de Babel construite avec... 30 000 livres

    tour de babel existe t elle

  3. La tour de Babel : ce que l’archéologie révèle du mythe

    tour de babel existe t elle

  4. Existió La torre de Babel Descubrelo en este Vídeo ¿Dónde está la Torre de Babel?

    tour de babel existe t elle

  5. La Tour de Babel a-t-elle vraiment existé

    tour de babel existe t elle

  6. La Véritable Tour De Babel

    tour de babel existe t elle

COMMENTS

  1. La tour de Babel : ce que l'archéologie révèle du mythe

    Histoire La tour de Babel : ce que l'archéologie révèle du mythe Notre imaginaire s'est nourri du récit de la Genèse, qui popularisa cette construction aussi démesurée que l'orgueil des Hommes qui l'édifièrent. Et si cette tour ne relevait pas que du mythe ? De Francis Joannès Publication 9 août 2021, 10:00 CEST

  2. Tour de Babel

    L'histoire de la tour de Babel ( hébreu : מגדל בבל ; Migdal Babel ; en arabe : برج بابل, Burj Babil) est un épisode biblique rapporté dans le Livre de la Genèse Gn 11,1-9, peu après l'épisode du Déluge .

  3. La tour de Babel : l'histoire derrière le mythe

    Il n'y a plus de doute que la tour de Babel a véritablement existé dans l'ancienne ville de Babylone en Mésopotamie. De nombreuses fouilles effectuées dans la région ont révélé des...

  4. La Tour de Babel a-t-elle vraiment existé

    La Tour de Babel a-t-elle vraiment existé ? : Toutes les races et les langues seraient apparues, selon la légende, lors de l'édification de la Tour de Babel. Légende, soit, mais qui repose ...

  5. Le mythe de la tour de Babel

    Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet pénètre les cieux ! Faisons-nous un nom et ne soyons pas dispersés sur toute la terre ! » Genèse 11, 1-5. Plusieurs éléments du récit biblique sont tirés de l'histoire de la Mésopotamie. La tour de Babel, par exemple, a probablement été inspirée par grande ziggurat de Babylone.

  6. Tour de Babel : histoire, analyse et signification

    L'histoire de la tour de Babel suscite un éternel doute : s'agit-il d'une parabole ou d'un événement qui s'est réellement produit, alors qu'il n'existe aucune preuve scientifique de l'existence de la tour ?

  7. L'introuvable tour de Babel

    Certains pensent que la tour de Babel et la ziggourat de Babylone ne font qu'une. C'est vers la fin du troisième millénaire avant notre ère, alors qu'une vague d'envahisseurs sémites venus du sud occupe une grande partie de la Mésopotamie l'actuel Irak et fonde un vaste empire, que Babylone sort de l'anonymat. Les rois en font vite une ...

  8. Origine des langues : Tour de Babel et autres mythes

    Les hommes ne se comprennent plus : c'est l'origine des langues. La construction de la Tour de Babel sombre dans l'oubli et les hommes se dispersent sur la planète autour de leurs communautés linguistiques. Le nom de Babel est lié à Babylone, cité antique de Mésopotamie, dont on retrouve aujourd'hui le nom dans la province ...

  9. La véritable tour de Babel

    Au-delà de sa valeur symbolique, le récit biblique de la tour de Babel a-t-il un fondement historique ? Une équipe d'archéologues mène l'enquête depuis plusieurs années sur le site de Babylone, en Irak actuel. Ils auraient localisé les fondations d'une tour de briques cuites datant d'environ 2500 ans, et correspondant au règne de Nabuchodonosor II. Les plans de cette immense structure ...

  10. La tour de Babel

    L'histoire de la tour de Babel, fait écho à un projet pharaonique au cœur de Babylone qui a existé en 600 ans Av. J-C. Construite par Nabuchodonosor II, cette tour rectangulaire, ou ziggourat, qui signifie tour entre le ciel et la terre, avait 60 mètres de hauteur. Elle est laissée à l'abandon, et fut engloutie peu à peu par le sable.

  11. La tour de Babel.

    2 La tour de Babel a réellement existé. C'était une ziggourat édifiée à Babylone, à une centaine de kilomètres au sud de l'actuelle Bagdad, vers 1500 avant notre ère. Comme tous les édifices de ce genre, cette tour avait une fonction sacrée, bien marquée par son nom, « La Maison du Fondement du Ciel et de la Terre ».

  12. La tour de Babel : signification symbolique, interprétation

    Quel est son but ? Quels sont ses effets ? Comment se pratique-t-elle ? Quels sont les différents types de méditation... Se former à la spiritualité : par où commencer ? Se former à la spiritualité : comment procéder ? Comment acquérir la Connaissance spirituelle ? Existe-t-il des formations efficaces ? La spiritualité part du besoin...

  13. Tour de Babel : Quelle est l'histoire de ce mythe

    Contenu Selon la Genèse, la tour de Babel a été construite par les descendants de Noé après le déluge. Les personnes impliquées dans la construction de la tour étaient animées par une ambition démesurée. Ils voulaient construire une tour qui atteindrait le ciel, dans le but de se faire un nom et d'acquérir une renommée mondiale.

  14. Une tour de Babel : signification et origine de l'expression

    Signification Un endroit où règnent le bruit, la confusion où les gens ne se comprennent pas. Ou bien un lieu multiculturel où de nombreuses langues sont parlées. Origine Selon la Bible, les hommes de Babylone ne parlaient auparavant qu'une seule langue et ne formaient qu'un seul peuple.

  15. Babel nous joue des tours

    Babel nous joue des tours. Pierre Bouretz, propos recueillis par Marion Rousset publié le 12 juillet 2012 7 min. Nous n'en avons pas fini avec la malédiction de Babel, même à l'heure où l ...

  16. LA TOUR DE BABEL

    La tour de Babel a-t-elle réellement, ou non, existé ? Les francs-maçons d'aujourd'hui ne s'en préoccupent guère. Pourtant, leurs ancêtres opératifs s'y sont souvent référés, non sur le plan symbolique, reposant sur des notions de vanité ou d'orgueil, mais dans le cadre d'une Histoire du monde liée intimement au métier ...

  17. La Tour de Babel a vraiment existé selon de nouvelles preuves

    La Tour de Babel a vraiment existé selon de nouvelles preuves Par La Rédaction - jeudi 4 mai 2017 Temps de lecture : 3 minutes D'aucuns pensent que l'histoire de la Tour de Babel fait partie du folklore, que c'est une des nombreuses légendes que l'on raconte aux enfants.

  18. Genèse 11:1-9 BDS

    La tour de Babel. 11 A cette époque-là[ a], tous les hommes parlaient la même langue et tenaient le même langage. 2 Lors de leurs migrations depuis l'est, ils découvrirent une vaste plaine dans le pays de Shinéar et ils s'y établirent. 3 Ils se dirent les uns aux autres : Allons, moulons des briques et cuisons-les au four.

  19. Que symbolise la Tour de Babel

    Le 26/08/2015 à 19h12. Modifié le 24/04/2018 à 17h29. Sauvegarder l'article Partager C'est quoi cette Tour de Babel ? Elle a vraiment existé, du côté de Babylone il y a 4000 ans. Bruegel l'a peinte, Bob Marley l'a chantée, Manuela nous raconte… Se cultiver sur question questions bêtes

  20. Vivre la Torah

    L'arrogante Tour de Babèl deviendra alors, l'archétype non pas tant de l'unité de l'humanité, mais plutôt de l'uniformisation radicale du mode de pensée identitaire. La pensée nimrodienne, mondialiste par nature, jette les bases d'une pensée standardisée où l'individu est, au nom du développement technologique, sacrifié.

  21. La tour de Babel retrouvée

    La tour de Babel biblique pourrait s'apparenter à une ziggourat construite dans l'une des grandes cités mésopotamiennes. En 1913, les traces d'une ziggourat disparue ont effectivement été retrouvées à Babylone, mais dans un état de destruction tel qu'il n'en reste presque rien.

  22. L'Archéologie, la Tour de Babel et la Confusion des Langues

    Cette épopée sumérienne semble refléter la connaissance de l'histoire de la tour de Babel, en particulier avec la construction de la tour massive atteignant le ciel dans l'une des premières villes de Mésopotamie, un lien direct avec la ville d'Ereck / Uruk, et la référence à un seul langage de l'humanité qui est apparu comme un acte d'interventi...

  23. Que symbolise la Tour de Babel

    Elle a vraiment existé, du côté de Babylone il y a 4000 ans. Bruegel l'a peinte, Bob Marley l'a chantée, Manuela nous Que symbolise la Tour de Babel ? - Ça m'intéresse Société

  24. L'ancien président mongol raille Poutine en rappelant la taille de la

    Vladimir Poutine, un «profond narcissique» Cette pique de l'ancien président mongol se base sur la période de l'histoire russe appelée «joug tatar» ou «joug mongol», qui débute en ...